Covid-19 : le taux d’incidence désormais sous surveillance en Calédonie

coronavirus
Covid-19 : le taux d’incidence désormais sous surveillance en Calédonie
©Coralie Cochin
Cet indicateur, utilisé à travers le monde, permet de mesurer l’évolution de l’épidémie et d'adapter les mesures sanitaires à prendre. Sur le Caillou, "le taux d'incidence" est évoqué depuis peu dans les interviews et les points sanitaires.

Avec la progression de l’épidémie sur le Caillou, de nouveaux termes font leur apparition dans nos conversations quotidiennes : test antigénique, ARN messager… et depuis peu "taux d’incidence". Nos autorités sanitaires ont évoqué ce "taux" la semaine passée et le haut-commissaire, Patrice Faure, est revenu plus en détail sur cette notion dans son interview dimanche 26 septembre, dans notre journal télévisé.  

De quoi s’agit-il exactement ? 

Le "taux d’incidence" est un indicateur pour mesurer l’évolution d’une épidémie et en faire une tendance facilement comparable avec d’autres territoires et dans le temps. Pour le calculer, il suffit de prendre le nombre de cas détectés sur les sept derniers jours. On le divise par le nombre d’habitants de la Nouvelle-Calédonie, puis on le multiple par 100 000.  

Un pic de 1 100 malades pour 100 000 habitants

« Le taux d’incidence cumulé glissant sur 7 jours est aujourd’hui d’à peu près 800 (pour 100 000 personnes), a indiqué le haussaire ce dimanche. Il est monté jusqu’à 1 100 entre le 16 et le 20 septembre. Là, il est redescendu. »

A titre de comparaison, la Polynésie avait dépassé les 3 000 cas sur 100 000 au plus fort de l’épidémie, au début du mois de septembre. En Guyane, autre territoire très touché en ce moment, on dépasse les 500 cas pour 100 000 personnes.

Un outil décisionnel 

Ce taux d’incidence est également un outil de décision pour les politiques. Il va ainsi permettre d’établir des seuils d’alerte ou d’ajuster un confinement. En Métropole, par exemple, les élèves de primaire pourront aller en cours sans masque… Mais uniquement dans les départements où le taux d’incidence est en dessous de 50 pour 100 000 durant 7 jours. 

Ce taux d’incidence aura d’ailleurs un rôle déterminant pour la levée du confinement ou son adaptation. Il a été évoqué ce lundi au point presse, animé par le membre du gouvernement, Christopher Gygès, comme l’un des trois critères à prendre en compte pour un éventuel déconfinement. Les deux autres étant le taux de vaccination et la saturation des structures hospitalières, en unité Covid et en réanimation. 

Les chiffres clés et l’évolution de l’épidémie de Covid-19 à l’échelle de la France et du monde sont à suivre ici, sur Santé publique France.