Etat d’esprit, enseignements, programmation : Pascale Doniguian, directrice du conservatoire de Nouvelle-Calédonie, invitée de la matinale

invités de la rédac
Pascale Doniguian, directrice du conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie, 4 mars 2022
Pascale Doniguian, directrice du conservatoire de musique et de danse de Nouvelle-Calédonie ©Nouvelle-Calédonie la 1ère
Pascale Doniguian, directrice du conservatoire de musique et de danse de la Nouvelle-Calédonie, était l’invitée de la matinale radio du vendredi 4 mars. Après deux ans marqués par la pandémie de Covid-19 et par ses conséquences, l’établissement vise une année normalisée, pleine et riche.

Elèves et enseignants ont repris le chemin de leurs cours depuis fin février. Une rentrée que le conservatoire de musique et de danse de la Nouvelle-Calédonie veut dynamique et riche pour cette saison 2022. Jusque sur la scène de l'auditorium dont la programmation débute fin mars. Quelques points à retenir de l'entretien avec Pascale Doniguian. 

Repartir du bon pied

Enthousiasme et retour à la scène, voilà les mots choisis par la directrice pour qualifier la saison qui débute. En dépit des difficultés budgétaires et des obstacles pour organiser une programmation internationale, l’optimisme est de mise, chez la directrice. "Si j’en crois l’affluence des élèves, l’envie de réapprendre la musique, la danse ou le chant était bien présente dans les familles. On est dans une dynamique plutôt favorable, plutôt forte."

Diversité et modernité de l’enseignement

Les élèves sont toujours présents autour de propositions riches et en accord avec les attentes de l’époque. "Il y a l’idée pour nous de lancer  plusieurs dynamiques différentes, de permettre l’enseignement de la musique assistée par ordinateur, de faire des classes de ukulele, de permettre la création d’un jeune ballet au conservatoire de danse…" Une carte dont la diversité attire : près de 1 400 élèves à Nouméa et sur la Grande terre.

Les talents calédoniens mis en avant

Quant à la programmation des concerts et spectacles, elle s’appuie avant tout sur les artistes du Caillou. S’il y a bien deux affiches internationales, l’une en danse (Kitchen Bazar le 31 juillet), l’autre en musique (Erik Berchot les 27 et 28 octobre), la "programmation tourne autour de toute cette création de nos artistes-enseignants", précise Pascale Doniguian. De quoi faire vivre la scène de l’auditorium une à deux fois par mois tout au long de cette année.

Un entretien à retrouver dans son intégralité ici.