nouvelle calédonie
info locale

L'Eveil océanien «précise» son positionnement

gouvernement de nouvelle-calédonie
Présidence du Congrès, vote de Milakulo Tukumuli
Milakulo Tukumuli, leader de l'Eveil océanien, votant au Congrès. ©NC la 1ere
Au centre de l’attention depuis les élections provinciales, le jeune parti de Milakulo Tukumili apporte un éclairage quant à son récent accord avec l’Avenir en confiance pour la composition du prochain gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.
Les premiers mots donnent le ton. «Il y a des actes qui nécessitent maintes et maintes explications, comme si nous n’étions pas encore maîtres de nos actes, comme si nous n’étions pas conscients de nos actes, comme si nos décisions n’étaient pas mûrement réfléchies», commence le communiqué diffusé par l’Eveil océanien dans la nuit de dimanche à lundi. 

A feuilleter ci-dessous: 

Silencieux

Le jeune parti de Milakulo Tukumuli ne s’était pas encore exprimé officiellement depuis sa proposition de «New deal calédonien», autant dire ses conditions à toute alliance politique pour la suite. Pas de réaction non plus après l’accord annoncé vendredi soir avec l’Avenir en confiance, et la liste commune déposée pour l’élection du prochain gouvernement - Vaimua Muliava y figure en position éligible. Juste un court texte cosigné par les deux nouveaux partenaires. 

La majorité océanienne telle que le FLNKS l’imaginait a été mise en échec par l’UNI-Palika et une faction du FLNKS, en particulier, le RDO.

 

Après de virulentes critiques

«Ne vous méprenez pas, nous demeurons un mouvement libre et lucide», «précise» l’Eveil océanien dans la mise au point qu’il vient de transmettre. Et qui intervient après de virulentes critiques, notamment du Rassemblement démocratique océanien et de Calédonie ensemble. «Hier, répond le parti, on nous reprochait d’avoir conforté l’installation de l’AEC à la province Sud, et dans un deuxième temps d’avoir conforté l’installation de l’UC-FLNKS et de l’UNI Palika au Congrès. Aujourd’hui, on nous reproche d’avoir répondu à l’appel à la concertation de l’AEC lancé à l’UC et à l'EO!»
 

«Mise en échec»

Et de se poser à nouveau en «mouvement libre qui ne cède pas à la peur, mais qui a foi en la capacité des deux blocs à dépasser leurs positions partisanes pour travailler dans l’intérêt des Calédoniens.» L'Eveil océanien pointe, lui aussi : «La majorité océanienne telle que le FLNKS l’imaginait a été mise en échec par l’UNI-Palika et une faction du FLNKS, en particulier, le RDO».
 

Tu as beau te peindre en blanc, te peindre en noir, tu mourras Wallisien et Futunien.
- Traduction d'une citation en wallisien dans le communiqué de l'Eveil océanien

 

«Notre stratégie est inhabituelle»

«Notre stratégie politique est incompréhensible pour beaucoup à ce jour, y compris pour les analystes politiques, et cela nous le comprenons car elle est inhabituelle.» Elle obéit à trois paramètres, poursuit le communiqué en citant «l’agilité», «le pragmatisme et l’engagement», «le don de soi».
 

La majorité océanienne peut aussi prendre une forme plus consensuelle, plus à l’image du verdict des urnes, plus à l’image de la population calédonienne.

 

«Initier un mode de gouvernance partagée»

«C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de faire liste commune avec le mouvement qui a fait appel à la concertation, pour initier un mode de gouvernance partagée, assure l'Eveil océanien. Et nous espérons que l'EO ne sera pas le seul à saisir la main tendue de l’AEC pour former un gouvernement à la hauteur des exigences de la dernière mandature de l’[accord de Nouméa]. La majorité océanienne peut aussi prendre une forme plus consensuelle, plus à l’image du verdict des urnes, plus à l’image de la population calédonienne.»
Publicité