Le Forum de l'eau débouche sur plusieurs préconisations

politique
Forum de l'eau CPS
Elus et membres de la société civile étaient réunis, jeudi, dans les locaux de la Communauté du Pacifique, à l'Anse Vata, pour conclure le Forum de l'eau. ©Brigitte Whaap
Le Forum de l’eau s’est clôturé, jeudi à la Communauté du Pacifique, avec la restitution des résultats des différents ateliers menés par des élus et des membres de la société civile autour de la thématique de l’eau. Parmi les préconisations, un projet de loi de pays et la mise en place de conseils de l’eau, dans les différentes communes de la Nouvelle-Calédonie.

Des routes inondées, des automobilistes bloqués, des habitations endommagées… autant de situations que l’on a pu voir régulièrement ces derniers mois, avec les précipitations record enregistrées en 2021 et en ce début d’année. 

Une problématique qui concerne toutes les communes du territoire, touchées par le phénomène de la Nina et ses pluies exceptionnelles. C’était l’un des ateliers sur lesquels ont planché les participants du Forum de l’eau, qui s’est terminé jeudi, à la Communauté du Pacifique. Une problématique centrale pour les maires, qui souhaiteraient plus de moyens : "les crues et les débordements d’eau, avec les victimes que l’on a vus ces derniers mois proviennent en grande partie des creeks qui ne sont pas curés. La difficulté, c’est que ce n’est pas de la compétence des communes, mais celle de la Nouvelle-Calédonie. Mais la faiblesse des budgets qui sont alloués à ces travaux montrent que dans un moment climatique exceptionnel, les conséquences sont importantes", expose Joël Sastourné-Haletou, directeur de l’Association française des maires.

Eau potable

Pour favoriser la prise en charge de conflits en lien avec la ressource, des conseils de l’eau doivent être crées dans toutes les communes. Pour les représentants de la commune de Boulouparis, l’accès à l’eau potable pour tous est l’une des préoccupations centrales des populations. "Pour certains, on pourrait presque parler d’alimentation sauvage, avec des captages à ciel ouvert. Donc quand il y a de fortes pluies ou de la sécheresse, cela devient difficile", constate Carine Thevedin, membre du conseil municipal de Boulouparis. 

"Il faut structurer ce conseil de l’eau. Ce genre de débats est essentiel et il faut éduquer nos enfants afin qu’ils puissent prendre la suite des anciens et se rendre compte de l’importance de ce lien avec l’eau", pense quant à elle Fabienne Santacroce, une autre élue du conseil municipal de Boulouparis.

Un projet de loi de pays doit permettre d’encadrer les politiques de l’eau partagée, avec notamment la création de ces différents conseils de l’eau communaux et un appel à projet pour la préservation de la ressource.

Retrouvez le reportage de Brigitte Whaap et Nicolas Fasquel :

©nouvellecaledonie