Gouvernement : "le financement du Ruamm est notre priorité"

gouvernement de nouvelle-calédonie
Yannick Slamet, porte-parole du gouvernement, le 2 septembre 2021.
Yannick Slamet, porte-parole du gouvernement, le 2 septembre 2021. ©Coralie Cochin / NC la 1ere
La situation préoccupante du Ruamm a été évoquée, ce jeudi, au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. L'exécutif planche sur plusieurs pistes pour y remédier, sans en révéler plus. Mais le gouvernement Mapou est affirmatif : il refuse de contracter un nouveau prêt de 25 milliards auprès de l’Etat.

Ecarté, le prêt de 25 milliards envisagé sous le gouvernement Santa, pour apurer la dette des régimes sociaux et les sauver. C'est du moins ce qu'a confirmé un porte-parole du gouvernement Mapou, ce jeudi 2 septembre, alors que l'exécutif venait de tenir sa séance collégiale hebdomadaire. 

"Equilibrer avant d'apurer"

"Ce prêt de 25 milliards apurait la dette passée", reconnaît Yannick Slamet, "mais on n'avait pas de visibilité sur les déficits futurs. Le dix-septième gouvernement pense qu'il [faut] d'abord équilibrer le Ruamm avant d'apurer les dettes." Sachant que pour atteindre cet équilibre budgétaire, il faudrait quatorze à quinze milliards de francs chaque année.  

Des milliards, il en manque huit, ne serait-ce que pour ne pas alourdir le niveau de dettes d'ici à la fin de l'année. C'est ce que le directeur général de la Cafat développait le matin-même à NC la 1ere. Une interview sur les régimes sociaux, en général, à retrouver en longueur ici

Menace sur l'hôpital

En l’absence de ressources supplémentaires, courant septembre, la Cafat risque de ne plus payer la dotation globale de fonctionnement aux trois hôpitaux publics : le Médipôle, l'hôpital du Nord et le centre spécialisé Albert-Bousquet. Le CHT, financé à 80% par le Ruamm, cumule plus de quatre milliards de dettes envers ses fournisseurs. Pour la direction de la Cafat, l’augmentation des taux de la CCS adoptée lundi au Congrès n’apportera pas les ressources nécessaires d’ici le mois de décembre.

"Une visibilité d’ici deux à trois semaines"

Alors, comment pallier en urgence à cette situation critique du Régime unitaire d'assurance-maladie maternité ? "Ce matin, nous avons parlé de la délibération modificative [du budget de la Nouvelle-Calédonie], dont les équilibres ne sont pas encore bien fixés. Mais en tous les cas, le financement du Ruamm reste la priorité numéro un du gouvernement", répond son porte-parole par ailleurs en charge de la santé et du suivi des comptes sociaux. "D’ici deux à trois semaines, on devrait avoir une visibilité. C’est notre préoccupation première."  

"A court-terme, avance-t-il, ce serait d'aller sur des aides, de l'Etat voire solliciter des établissements publics. Je ne pourrais pas en dire plus puisqu'on est encore au stade de la discussion. Je ne peux pas préjuger de l'avis, tout au moins de l'accord, des conseils d'administration. Mais on a engagé les discussions sur pas mal de directions."

A propos de la taxe sur le tabac

Quant à l'augmentation des prix du tabac, qui visait ce même objectif de secourir les comptes sociaux, "on va retravailler le dossier", assure Yannick Slamet. "Mais pas dans l’immédiat." Soumise lundi 30 août au Congrès, la délibération a été à la fois vidée de sa substance et retoquée. "On se demande si ça vaut le coup de la redéposer telle quelle ou de la retravailler", signale le porte-parole. "Se pose le problème de la cigarette électronique, qui fiscalement n’a rien à voir. On réfléchit dans le même temps à un texte pour la réglementer."  

"Un plan d'ensemble"

A l'occasion de ce vote, le camp non indépendantiste a questionné l'intention et la méthode du président Mapou. "C’est vrai que les textes tels qu’ils sont déposés semblent relever d’une politique décousue. Il n’en est rien", réagit Yannick Slamet. "Ça fait partie d’un plan d’ensemble. Mais compte tenu de l’urgence des délais pour élaborer la délibération modificative [du budget], de l’approche de la préparation du budget 2022 et du discours de politique générale, on met un peu de temps à énoncer ce plan."

Les pistes de réforme

Pour rééquilibrer les régimes sociaux, quatre grandes réformes ont été proposées par la Cafat au gouvernement. Elles concernent :

  • Les retraites.
  • Les accidents du travail.
  • Le Ruamm.
  • Le chômage 


Synthèse avec Sheïma Riahi et Gaël Detcheverry :