Journée mondiale des consommateurs : l’UFC-Que choisir à la recherche d'adhérents

consommation
UFC Que choisir 15 mars
Les bénévoles de l'UFC-Que choisir en Nouvelle-Calédonie. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
L’association de défense des consommateurs, l’UFC-Que choisir célèbre la journée mondiale des consommateurs, ce mardi 14 mars. Plusieurs bénévoles ont pris place à l’entrée de grandes surfaces du territoire. L’occasion de revenir sur la situation critique de l’association, privée de subventions.

Postée à l'entrée de la galerie marchande de Kenu In, Michelle n’hésite pas à aborder les passants. L’exercice est loin d’être facile, mais la bénévole est accoutumée à la pratique. Membre de l'UFC-Que choisir depuis une quinzaine d'année, elle présente les missions de l'association en Nouvelle-Calédonie, à l'occasion de la journée mondiale des consommateurs.

"On offre nos revues de l’UFC-Que choisir aux personnes intéressées, on leur explique que ça aide les gens qui n’osent pas ou qui ne connaissent pas leurs droits", précise la bénévole.

Difficultés financières

Au-delà de l’information sur les missions et les actions de l’association en faveur des consommateurs locaux, cette journée est l’occasion pour ses membres d’évoquer les difficultés financières de la structure. Depuis deux ans, elle ne reçoit plus les subventions allouées par le gouvernement, à hauteur de 5 millions de francs CFP. Et aujourd’hui, elle cherche aussi de nouveaux adhérents. 

"On va essayer de faire un certain nombre d’adhésion, pour revenir à un nombre d’adhérent normal. On est monté jusqu’à 1 200 personnes, mais à cause du Covid, des confinements etc… on a eu moins d'adhérents", regrette Jacques Pusset, bénévole.

Jacques Pusset, bénévole à l'UFC-Que Choisir.

En sursis

L’association des consommateurs se donne encore une année d’existence. Ses membres ne se découragent pas et entendent profiter de cette journée mondiale des consommateurs, pour réunir un maximum de Calédoniens autour de leur cause. 

Au total, en 2021, 1 300 dossiers ont été traités par les membres de l’association.