La Calédonie face au variant Omicron

coronavirus
61d7e82f5005f_file-vacc-receiving-7-janvier-2022-01.jpg
File d'attente au centre de vaccination du Receiving à Nouméa le 7 janvier 2022. ©Caroline Antic-Martin / NC la 1ère
Prudence et bon sens. Ce sont les messages envoyés par la Direction des affaires sanitaires et sociales aux Calédoniens, maintenant que le variant Omicron du Covid-19 est aux portes du Caillou. Pour l’heure, les habitants font face à la situation plutôt sereinement.

Affluence normale au centre de vaccination du Receiving ce 7 janvier 2022. Pourtant la veille, 25 cas positifs au variant Omicron étaient confirmés en Nouvelle-Calédonie. Des voyageurs arrivés le 19 décembre dernier et des membres de leur entourage, tous isolés et suivis de près.

La nouvelle est prise avec sérieux et calme par les personnes présentes au centre de vaccination. Les motivations vont du maintien du pass vaccinale à la protection contre omicron.

Profiter de l’avance

Car les autorités sanitaires sont lucides : si les cas demeurent pour l’instant importés, la situation ne saurait durer.  "On sait que le virus Omicron va finir par rentrer, explique le Dr Anne Pfannstiel, médecin de prévention à la Dass. Le but est de vacciner le maximum de gens avant l’introduction de ce virus dans la population."

Le vaccin, mais pas que… 

Le vaccin protège à 70% contre les formes graves de la Covid et à 88% contre les formes symptomatiques de la maladie. Pour Martine Noël, médecin de santé publique à la DASS, pour se protéger soi-même et les autres, il faut également respecter scrupuleusement les gestes barrières.

Il faut toujours porter le masque en intérieur, sauf si l’on vit dans la même maison. En extérieur, il faut porter le masque aussi ou être à au moins deux mètres.

Martine Noël, médecin de santé publique à la DASS-NC

Sans oublier l’hygiène des mains, à l’eau et au savon ou à la solution hydroalcoolique. 

Selon Santé Publique France, le variant Omicron est trois fois plus transmissible que le variant Delta. 

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Michel Marin : 

©nouvellecaledonie