Lancement du projet Lucy : "une bouffée d'oxygène pour l'économie calédonienne"

nickel
Site Vale vu du ciel
©Brigitte Whaap

Le coup d’envoi officiel du projet Lucy a été donné ce jeudi 17 juin sur le site de l’usine du Sud. Le projet concerne la mise en place d’un procédé innovant qui permettra de traiter et de stocker les résidus secs produits par l’usine.

Vale, l’ancien opérateur, a engagé 20 milliards de francs XPF de contrats pour la phase préparatoire de Lucy, dont l’investissement global représente plus de 30 milliards de nos francs.

Lucy en chiffres
©Prony Resources

Le lancement du projet, autorisé par la province Sud en décembre 2017, s’est fait aujourd’hui en présence de plusieurs officiels, des coutumiers de la région et de la direction générale de Prony Resources. "C’est un chantier de trente mois, ça va aller jusqu’à 500 à 600 emplois supplémentaires essentiellement dans les entreprises partenaires. Ensuite ça sera entre 100 et 200 emplois pour l’exploitation à la fois de l’usine de déshydratation et pour le placement des résidus. Des opérations que nous pensons plutôt gérer nous-mêmes, mais sur le chantier, c’est quand même une grosse bouffée d’oxygène pour l’économie calédonienne", détaille Antonin Beurrier, le président de Prony Ressources. 

Les précisions d'Antonin Beurier :

Interview Antonin Beurier

Lucy c'est quoi?
©Prony Resources

Opérationnel en 2024

L’objectif est que ce centre de traitement et de stockage soit opérationnel en 2024. "On lance le terrassement après le génie civil et on met le talus de confortement. Ensuite on placera nos résidus. On en a en gros pour dix ans dans cette phase-là."