Le procès en appel de l’affaire des taxi-boats jugé au tribunal de Nouméa

justice nouméa
Tribunal taxi boats 9 novembre 2021
©Natacha Lassauce-Cognard / Nc la 1ere
Le procès des taxi-boats de retour devant le tribunal de Nouméa, ce mardi. Un appel demandé par l’avocat du gérant et de la SARL Plage loisirs, à l’issue du procès en correctionnel, en novembre 2020.

C’était dans la nuit du 7, au 8 avril 2017. Deux taxi-boats de la SARL plage loisirs se percutaient, dans la baie de l’Anse-Vata, à Nouméa. 

Décès, disparition et blessés

Le Noumea 4 quitte le rivage du Château Royal en direction de l’île aux Canard. Le Nouméa 3, lui, rentre sur le rivage après avoir récupéré sur l'îlot un couple de clients, qui a passé une soirée là-bas. Le Nouméa 4 percute alors le Nouméa 3, à 350m du rivage. Le capitaine du Noumea 4 décède suite à un probable choc hémorragique et un traumatisme crânien. 

Un couple à bord du Nouméa 3 est très durement touché. La femme décède noyée, et l’homme disparaît dans l’eau, il reste introuvable. Trois personnes à bord du Nouméa 3 sont blessées. Elles sont présentes à l’audience, ce mardi 9 novembre. 

L’incompréhension se lit, sur les visages des familles endeuillées. Après avoir été condamné à trois ans de prison et 180 000 francs CFP d’amende en correctionnel, le 29 décembre 2020, pourquoi le gérant de Plage Loisirs a-t-il interjeté appel de la décision du tribunal de première instance? 

"C’est son droit", rappelle Me Cécile Moresco, qui représente la jeune mère de famille décédée lors de la collision des deux taxi-boats. Mais selon l’avocate, le prévenu n’a pas correctement son travail. Un élément repris dans la plaidoirie de Me Virginie Boiteau, deuxième avocate de la partie civile. 

Homicide involontaire et blessures involontaires

Une succession de défaillances est reprochée au gérant de la SARL. Le capitaine du Nouméa 3 n’avait pas de permis lagonaire. Le capitaine du Nouméa 4 ne portait pas de lunettes de vue, alors qu’il en avait besoin. Le jour des faits, le capitaine du Nouméa 3 a travaillé plus de douze heures. Et enfin, les capitaines naviguaient à plus de 4 000 tours par minute, soit 20 noeuds. 

Attention, pas de nouvelles qualifications des faits pour son client, explique Me Martin Calmet. Il doit uniquement répondre de deux infractions : homicide involontaire et blessures involontaires.

En première instance en novembre 2020, le gérant de la SARL Plage loisirs a été condamné à trois ans de prison et 180 000 frs cfp d’amende. La SARL a été condamnée a 15 millions de francs CFP de dommages et intérêts. Le pilote du Nouméa 3, à quant à lui été condamné à 8 mois de prison. 

Confirmation peine demandée par l'avocate générale

Ce mardi pendant l'audience en appel, l'avocate générale, Claire Lanet, a demandé au président de la Cour d’appel d’entrer en voie de condamnation, pour le gérant et sa SARL. Elle a demandé à ce que soit confirmé le quantum de peine de trois ans de prison, dont la moitié en probation. Une interdiction de gérer des activités commerciales (en relation avec une activité nautique), pendant quatre ans et 200 000 francs CFP d’amende. 

Pour la SARL, l’avocate générale a demandé une amende de 20 millions de francs CFP. Le délibéré sera rendu le 18 janvier 2022.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Carawiane Carawiane : 

©nouvellecaledonie