Législatives 2022 : Antoine Gil regrette que les "exclus" du corps électoral spécial ne se soient pas mobilisés davantage

élections
Antoine Gil s'est présenté aux législatives 2022.  MCF NC
Antoine Gil s'est présenté aux législatives 2022. ©NC la 1ère
Candidat au premier tour des législatives en Nouvelle-Calédonie, le président du MCF-NC, qui défend le dégel du corps électoral, n'a convaincu que 645 électeurs. Et en tire des conclusions.

"Messieurs les indépendantistes, le dégel du corps électoral ne représente aucun danger pour vous. Vous pouvez sans crainte [en] accepter l'ouverture, par principe du respect des droits de l'Homme, puisque la plupart des citoyens français résidents sont abstentionnistes." Les mots, qui semblent teintés d’une certaine amertume, sont signés Antoine Gil. Le président du MCF-NC, Mouvement des citoyens français de Nouvelle-Calédonie, et participant malheureux au premier tour des législatives.

2,20 %

Le 12 juin, 645 électeurs de la première circonscription ont glissé ce bulletin dans l’urne, soit 2,20 % des inscrits, pas même assez pour prétendre au remboursement des frais de campagne. Une déception, réagit le candidat qui s’est engagé dans l’aventure pour porter la voix des "exclus", c’est-à-dire les électeurs de Calédonie ne pouvant pas prétendre à participer aux provinciales. Or, leur nombre est estimé à environ 41 000 personnes. De quoi influer largement sur l’issue du vote, si tous se déplaçaient.

"Défaite électorale mais victoire idéologique"

"Pour le MCF NC, ces élections auront été un test pour évaluer, au sein des exclus, le nombre de personnes se sentant concernées par cette mesure d’exclusion. Du résultat de cette élection, il ressort que cette discrimination n’est pas un sujet majeur de préoccupation pour une grande partie d'entre elles", estime Antoine Gil. Il y voit "une défaite électorale, mais une victoire idéologique pour le MCF-NC, qui a œuvré depuis plusieurs mois pour que le sujet du dégel du corps électoral soit au cœur de cette campagne". Au point d’estimer avoir obligé "l’ensemble des loyalistes, dans la première et la seconde circonscription, à se positionner" sur le sujet.

Action juridique

A noter que l’Association des citoyens français de Nouvelle-Calédonie, à l’origine du MCF-NC, continue à porter une action juridique pour rouvrir la liste spéciale provinciale. Et prévoit "une nouvelle procédure pour que les citoyens français exclus ne soient pas encore privés du droit de vote pour la consultation référendaire relative au prochain statut", annoncée en juin 2023.