Médicaments : ne les jetez plus à la poubelle

environnement
Médicaments : ne les jetez plus à la poubelle
La Nouvelle-Calédonie relance la collecte des médicaments non utilisés. ©Coralie Cochin
Dix ans après avoir été suspendue, la collecte des médicaments usagés reprend. A partir de ce lundi, vous pouvez rapporter les médicaments chez votre pharmacien, qu’ils soient périmés ou qu’ils traînent au fond de vos placards. Ils pourront ensuite être traités. Lancée pour un an, l’expérience devrait être pérennisée.

Comprimés périmés, sirops non utilisés… Nos placards sont encombrés de ces déchets nocifs pour l’environnement, qu’il ne faut surtout pas jeter à la poubelle. Au total, ce sont près de 15 tonnes de produits dangereux que nous stockons dans nos armoires.

A partir de ce lundi 4 avril, vous pouvez les rapporter à votre pharmacie. Ils seront triés et envoyés en Australie ou en Nouvelle-Zélande pour y être incinérés, dans l’attente de la construction d’un incinérateur sur le territoire. 

Chaîne de collecte 

Attention, les déchets médicaux ne sont pas encore tous acceptés. "On peut ramener, évidemment, les comprimés, les sirops, les quelques injectables. Mais on ne ramène pas les aiguilles, les compresses usagées, les lunettes, les dispositifs médicaux… Tout cela, ça fait partie d’une autre catégorie de produits et de déchets mais le pharmacien sera à même de vous expliquer, précise Laurent Renaud, pharmacien. Ces médicaments seront ensuite collectés par nos grossistes répartiteurs, qui vont les stocker chez eux et les donner ensuite à un professionnel d’élimination des déchets."

Un précédent 

Ce n’est pas la première fois que la Calédonie tente d’organiser une filière de collecte des médicaments usagés.

En 2011, les importateurs de produits pharmaceutiques, réunis au sein de l’éco-organisme, avait organisé une filière pendant deux ans, avant d’être mis en sommeil.

Réactivé, Ecopharm relance la filière en partenariat avec la province Sud. Mais la collecte devrait se faire dans toutes les pharmacies du territoire. Une expérimentation lancée pour une durée d’un an qui a vocation à être pérennisée.

Retrouvez, ci-dessous, le reportage réalisé par Caroline Antic-Martin et Gael Detcheverry :

©nouvellecaledonie