Moyens de paiement : le sans contact gagne du terrain

consommation
Moyens de paiement
©NCla1ère et CC
Les Calédoniens abandonnent les carnets de chèques au profit des cartes bancaires. Et le paiement sans contact séduit de plus en plus les consommateurs.

C’est un secteur qui brasse des sommes gigantesques. Selon les derniers chiffres de l’Institut d’émission d’Outre-mer, 56 millions d’opérations pour 4 330 milliards de francs CFP ont été réalisés en  2019 pour ce qui est des paiements par cartes, chèques ou virements. Et les habitudes des Calédoniens sont en pleine évolution. 

Le chèque, un cinquième des paiements   

C’est une situation que beaucoup ont déjà vécu : un petit paiement à la boulangerie ou à la supérette, pas de monnaie, alors on fait un chèque.
Mais cette pratique semble avoir fait son temps et si les chèques représentaient près des trois quarts des paiements par monnaie scripturale, donc hors espèces, le chiffre est tombé à un sur cinq aujourd’hui, le reste étant des paiements par carte.
"Le chèque, déjà, ça prend du temps de le remplir, etc. On constate que le moyen de paiement le plus fraudé actuellement devient par exemple en Métropole le chèque de banque" explique Franck Bounick, directeur adjoint à l’Institut d’émission d’Outre-mer. "C’est pas encore le cas ici, mais pour autant, on constate qu’on va de plus en plus vers des usages de moyens de paiement dématérialisés plus rapides, plus sécurisés, plus robustes". 

Le paiement sans contact progresse

Le petit nouveau, c’est le paiement par carte bleue, mais sans contact. Un paiement par carte sur cinq se fait de cette manière aujourd’hui. Le dispositif a été lancé début 2020 et il a été boosté par le premier confinement.
" L’usage a bondi de plus de 186 % sur la période et s’est aujourd’hui installé durablement dans les usages des Calédoniens puisqu’on a une progression moyenne de l’ordre de 10 %. Le confinement de 2021 a refait un pic de plus de 30 %" explique Charlotte Vergès, directrice clientèle et innovation à la Calédonienne de Service bancaire. 
Ce qui a plu aux Calédoniens dans le sans contact, "c’est la facilité d’utilisation, avec l’effet gestes barrières effectivement pendant les deux périodes de confinement. C’est sécurisé, et c’est ça je pense qui plaît aux Calédoniens" poursuit Charlotte Vergès.

Payer avec son téléphone portable

80 % du parc des terminaux de paiement est désormais équipé pour le sans contact en Nouvelle-Calédonie. 
Un secteur en constante évolution et de nouveaux changements se présentent déjà. La CSB travaille actuellement sur un projet de paiement par smartphone et sans contact. Un téléphone à la place de la carte bancaire, sans doute d’ici l’an prochain.