nouvelle calédonie
info locale

Boulettes d'hydrocarbure à Tiga: la plage nettoyée à partir de lundi

pollution Province des îles
Prélèvement d'hydrocarbure à Tiga (10 février 2018)
Prélèvement effectué le samedi 10 février par la gendarmerie. ©Gendarmerie nationale
La gendarmerie a effectué des prélèvements sur les boulettes d'hydrocarbure découvertes par des habitants de Tiga, vendredi. La baignade, la pêche et les activités nautiques ont été interdites jusqu'à nouvel ordre. La plage de Tokanod sera nettoyée à partir de lundi par la société Socadis.
[MISE A JOUR DE DIMANCHE MATIN]

A Tiga, le nettoyage de la plage débutera lundi, a confirmé la sécurité civile en fin de journée, à travers son officier de permanence. Il «sera effectué par la société Socadis, qui profite d'un déplacement des Fanc, dans le cadre d'une mission prévue depuis longtemps, pour acheminer le matériel de nettoyage et deux agents», a précisé le capitaine Alexandre Rossignol. «Mais il est encore possible que cette société affrète un avion privé pour se rendre sur Tiga par ses propres moyens.» Sécurité civile qui évaluait samedi soir la quantité d'hydrocarbure à environ trois kilos. Dépêchés sur place, les gendarmes de Wé ont effectué des prélèvements le matin.

Boulettes d'hydrocarbure sur la plage de Tiga (10 février 2018)
Boulettes d'hydrocarbure sur la plage de Tiga. ©Gendarmerie nationale

Deux groupes

C'est vendredi que l'alerte a été donnée, et la nouvelle s’est très vite répandue sur Tiga. Les habitants se sont constitués en deux groupes pour ramasser les boulettes d’hydrocarbures retrouvées sur les deux kilomètres de plage. Ces résidus dont on ignore encore l’origine font écho aux nombreuses boulettes de fioul échouées en novembre aux Loyauté et sur la côte Est. Un phénomène attribué à la présence du porte-conteneurs brisé sur le récif Durand. 

Boulettes d'hydrocarbure ramassées par un habitant de Tiga (février 2018)
Dans le seau d'un habitant. ©Waaner Welepane

Témoignage

«La hantise est dans les esprits, après ce qui s’est passé à Lifou, etc, témoignait ce samedi matin Jacques Wabete, habitant de Tiga. Après avoir averti la population et interdit de baignade les enfants et les jeunes qui sont encore là avant la rentrée, on a procédé à la collecte des produits pétroliers. C’est de différentes dimensions. Ça s’est disséminé tout au long de la plage, jusqu’à la hauteur du bout de la tribu. A mon niveau, j’ai dans mon récipient une cinquantaine de boulettes, qui font de 50 millimètres à trois ou quatre centimètres.» 

Plage de Qaepapale à Tiga, où des boulettes d'hydrocarbure ont été trouvées (février 2018)
A Tiga, plage de Qaepapale où des boulettes d'hydrocarbure ont été trouvées. ©Waaner Welepane

Constater

Cette pollution est gérée dans le cadre du dispositif Polmar-terre déclenché l’an dernier. La première étape a consisté, pour la sécurité civile, à constater l’étendue du problème. Par mesure de précaution, la mairie de Lifou a interdit dès vendredi la pêche, la baignade et toutes les activités nautiques. Tiga, très isolée, ne possède pas de magasin d’alimentation, et vit essentiellement de la pêche et des champs. 
Publicité