Violences à la tribu maréenne de Roh : le grand chef de Guahma a été interpellé

violence maré
Henri Dokucas Naisseline, grand chef du district de Guahma. , à Maré
Henri Dokucas Naisseline, grand chef du district de Guahma, image d'illustration. ©NC la 1ère
Un nouvel épisode, marquant, dans le très sensible dossier des violences qui ont eu lieu à la tribu de Roh, en novembre 2020, à Maré : le grand chef du district de Guahma, accusé d'avoir commandité ces exactions, a été interpellé ce lundi sur l'île.

Quatorze mois après les violences, une nouvelle fracassante : Henri Dokucas Naisseline a été interpellé ce lundi après-midi, à Tadine. Son arrestation est annoncée par le procureur de la République. Le grand chef du district de Guahma, précise Yves Dupas, est "mis en cause en tant que commanditaire des exactions commises à la tribu de Roh à Maré, courant novembre 2020". Il a été transféré à Nouméa.

Six personnes mises en cause

"Il s’agit de la dernière phase de l’enquête diligentée par la brigade de recherches de Nouméa  et les militaires de la compagnie de gendarmerie de Nouméa", développe le procureur, "visant les agissements susceptibles d’être reprochés à  six personnes, dont le grand chef, dans la préparation et l’organisation des violences volontaires et les dégradations graves de biens, commises pour partie par incendie ou moyen dangereux au préjudice des victimes."
 
Le parquet a délivré plusieurs mandats de recherches autorisant l’interpellation des personnes mises en cause, après différentes convocations à la gendarmerie de Nouméa auxquelles les concernés n’ont pas donné suite.

Familles expulsées

Fin 2020, des tensions étaient apparues dans cette tribu du Nord-Ouest de Nengone, dans le contexte de la désignation d'un pasteur. Elles s'étaient traduites par de violentes exactions, notamment des maisons, un gîte ou encore des voitures brûlées (témoignages à retrouver ici). Dans la foulée, 138 personnes étaient arrivées à Nouméa via un convoi de deux avions affrétés par le gouvernement. Une expulsion qui a entraîné une onde de choc à travers la Calédonie.

Voyez aussi le rappel de Cédrick Wakahugnème : 

©nouvellecaledonie