Kaala-Gomen : trois ans de prison pour l'homme qui a tiré sur son fils

justice kaala-gomen
palais de justice de Nouméa, 9 mars 2022, tribunal
Au palais de justice de Nouméa. ©NC la 1ère
Trois ans d’emprisonnement, c’est la peine prononcée à l’encontre du père de famille qui a tiré sur son fils à Kaala-Gomen, le blessant. Les faits se sont déroulés en début de semaine à la tribu de Ouéholle. Le tribunal est allé au-delà de la requête du ministère public.

Les mains derrière le dos, le père de famille se laisse conduire par la police à l’annonce du verdict. Le tribunal l'a condamné à trois ans d'emprisonnement.

Les faits remontent à mardi. Après avoir fini son service de roulage sur mine, le prévenu rentre chez lui. Il consomme six bières et s’endort. Il est réveillé brusquement quelques heures plus tard par son fils qui casse de la vaisselle et détruit son véhicule. S’ensuit une série de confrontations entre le père et le fils, tous les deux sous la menace d’une arme.

Blessé à la jambe

Le fils s’enfuira une première fois, après un tir de fusil de son père, qui le blesse à la cuisse. Il revient, mais il est une fois de plus touché à la jambe, sans que son père ne remarque ses blessures, selon lui. C'est un cousin de la famille qui mettra finalement terme à l'affrontement entre les deux hommes.

En manque de cigarettes et de cannabis

A la barre, le père soutiendra qu’il ne voulait pas blesser son fils. Au cours du procès, il racontera que depuis deux ans, il n'en peut plus des coups de colère de son fils, lorsqu'il est en manque de cigarettes et de cannabis. Ce fils, âgé 24 ans, ne travaille pas et vit toujours chez ses parents.

Déjà un casier judiciaire

Mais le casier judiciaire du père va très vite le rattraper. A 45 ans, il a déjà fait l’objet de plusieurs condamnations pour violences sur sa concubine et d'arrestations pour conduite en état d’ivresse.

C’est sur ces arguments que le ministère public va s’appuyer pour demander une peine de trois ans d’emprisonnement dont un avec sursis. Après délibéré, le tribunal condamne finalement le père de famille à trois ans d’emprisonnement.