publicité

Le centre funéraire de Koné espéré d’ici 2021

Le projet d'une morgue municipale à Koné se trouve actuellement en phase d’étude. Cet équipement devient une nécessité, dans une commune qui s'est beaucoup développée, et qui accueille désormais un centre hospitalier.

Le village de Koné. © Cédrick Wakahugnème/NCla1ere
© Cédrick Wakahugnème/NCla1ere Le village de Koné.
  • Cédrick Wakahugnème, avec F.T.
  • Publié le
Depuis quelques mois, la mairie de Koné dispose d’un terrain de presque onze hectares en face du cimetière communal. C’est sur ce vaste espace, encore à viabiliser, que sera installé le futur centre funéraire de Koné et ses annexes. «Il y aura des fondations et un aménagement autour», énumère Joseph Goromido, le maire de la commune. «Le cadre sera dans le style océanien, pour permettre à l’ensemble des religions de venir prier leurs morts. Un espace sera dédié notamment aux cérémonies coutumières.»
 

Un véritable besoin

Depuis cinq ans, le chef-lieu de la province Nord connaît une forte croissance démographique, au point que sa population a quasiment doublé. La ville se voit doter de nouvelles infrastructures. Sur la zone VKP, le développement est conséquent. Et l’arrivée d’un centre hospitalier va bousculer les autorités locales.
 
Juillet 2018, portes ouvertes à l'hôpital de Koné. © NC la 1ère
© NC la 1ère Juillet 2018, portes ouvertes à l'hôpital de Koné.
 

La question du foncier

Car ce projet de centre funéraire est attendu depuis 2012. «C’est principalement la question du foncier qui a bloqué dans l’élaboration de ce projet, affirme le maire. Il fallait réfléchir ensemble pour trouver une solution. On a pensé aux terres coutumières. Finalement, nous avons pris l’option d’acheter un terrain.»
 

Succession

Une fois le lopin trouvé, les négociations pour son achat vont prendre du temps. «Ce terrain était en succession, avec plusieurs héritiers. Alors, il fallait tous les chercher pour qu’ils acceptent de nous le vendre. Cet épisode, c’est du passé. Maintenant qu’on a le foncier, l’opération peut enfin commencer.»
 

Estimé à plus de 160 millions

Le projet de la future morgue se trouve actuellement en phase d’étude. Estimé à plus de 160 millions, son financement se fera à travers le contrat de développement signé entre la municipalité et l’Etat. Dans l’intervalle, l’ancien dispensaire de la commune devrait recevoir les défunts. «Nous sommes en train d’aménager les installations car elles ne sont pas  pourvues de chambre froide pour accueillir les corps», indique Joseph Goromido. «Nous travaillons de concert avec la province Nord pour pouvoir réaliser l’investissement nécessaire dans cette maison.»
 

Premiers travaux attendus l'an prochain

La phase d’étude sera déterminante. Elle doit apporter les éléments nécessaires à une esquisse budgétée de ce projet. Quant aux premiers coups de pioche, ils sont attendus l’an prochain, pour une mise en service en 2021.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play