Chaland coulé à Tontouta : pas d'impact environnemental à ce stade, selon la province Sud

nickel boulouparis
Lieu de naufrage chaland SMG baie de Saint Vincent
Le lieu du sinistre localisé par la province Sud. ©Google earth
Une semaine qu'une barge a fait naufrage dans la baie de Saint-Vincent, à la limite de Païta et Boulouparis, avec 280 tonnes de minerai. La province Sud a dressé ce jeudi un point de situation rassurant sur les investigations environnementales.

Comment se porte la baie de Saint-Vincent, une semaine après le naufrage de la barge ? Etant donné qu'il a eu lieu dans son domaine public maritime, la province Sud a diffusé un point de situation, ce jeudi 3 novembre. D'après la collectivité, le bureau d'études mandaté vendredi dernier pour évaluer l'impact environnemental d'un "incident" qualifié de "regrettable" a rendu hier les premiers éléments de sa mission.

Observations

Des observations "menées dans un rayon de trois kilomètres autour de la zone où le chaland a coulé". Mais aussi sous-marines sur les îlots autour du bateau sinistré, "et notamment sur des zones récifales potentiellement sensibles". Selon le communiqué émis par la province Sud, voilà ce qu'elles ont révélé à ce stade : 

  • Aucun dépôt sédimentaire notable observé sur ces zones.
  • Absence de panache de particules observé sur et autour du chaland.
  • "Les mesures de sonde réalisées sur une quinzaine de points dans la zone d’observation ne montrent pas en surface de turbidité élevée. Celle-ci reste faible sur l’ensemble des points de mesure."
  • Toutefois, "l’eau était moins claire à l’est de la zone. Cela peut être lié aux activités de chargement, au minerai du chaland coulé, et/ou aux apports des rivières de la zone (Tontouta, Tamoa, Ouenghi)."

Possibilité de pomper le minerai ?

Toujours d'après l'institution provinciale, "le bureau d’étude va réaliser un suivi du flux sédimentaire et effectuer des prélèvements sur quelques-uns des récifs pour détecter s’il y a un impact". Province qui annonce "avoir échangé avec la Société minière Georges-Montagnat sur la possibilité de faire appel à une entreprise spécialisée pour pomper le minerai, avant de renflouer le chaland, et attend sa décision sur les suites à donner à ces opérations."

Par vingt mètres de fond

Jeudi 27 octobre, à 10h30 du matin, un chaland qui transitait du minerai entre le littoral de Tontouta et un navire a coulé par vingt mètres de fond - sans faire de blessé. A bord, pas d'hydrocarbure, mais au moins 250 tonnes de chargement. La province Sud signale que la SMGM "a tout de suite pris l'attache" de son service en charge des affaires maritimes. Que les gardes-nature dépêchés sur place le lendemain "n'ont rien constaté de visible en surface, ni aucun signe de pollution". Et que la barge immergée a été repérée par drone. Il a été jugé que le chaland ne constituait pas un danger à la navigation. "Une plongée a été effectuée afin de déterminer s’il peut être vidé et renfloué."

Autre communiqué reçu à ce sujet : celui du conseil coutumier de l'aire Drubea-Kapumë. Il demande notamment que "le minerai coulé soit récupéré en urgence par la SMGM (...) avant que les conditions météo ne dispersent les boues de minerai dans le lagon" (lire ici).