Le programme Wolbachia étendu à Dumbéa et sur le Mont-Dore

dengue mont-dore
61b2db5d386b6_extention-dispositif-wolbachia-dumbea-frame-458.jpg
Lancé à Nouméa, le programme Wolbachia a été étendu sur les communes de Dumbéa et du Mont-Dore, en Nouvelle-Calédonie. ©Nicolas Fasquel / NC la 1ere
Après la ville de Nouméa où l’opération avait débuté il y a trois ans, le programme Wolbachia s’étend sur les communes de Dumbéa et du Mont-Dore. Les responsables cherchent d’ailleurs des volontaires, pour accueillir des capteurs et des pièges chez eux.

Débutée il y a trois ans à Nouméa, l’installation de la bactérie Wolbachia au sein de la population de moustiques sur la commune est un succès, selon ses responsables. Une méthode qui fait ses preuves, puisqu’en moyenne à Nouméa, 70% des moustiques aedes aegypti sont porteurs de la bactérie Wolbachia.

La fameuse bactérie, qui empêche la transmission des arboviroses que sont la dengue, le zika et le chikungunya. Résultat : le nombre de cas de dengue est passé en presque 4 000 en 2019, à moins de 200 sur les deux dernières années. 

Programme Wolbachia, installation par quartier, juillet 2021
©World mosquito program

Une centaine de piège installés à Dumbéa

Désormais, la mise en place de pièges et les lâchers de moustiques vont se faire sur les communes de Dumbéa et du Mont-Dore, régulièrement touchées par les épidémies de dengue ses dernières années. Les responsables cherchent d’ailleurs des volontaires, pour accueillir des capteurs et des pièges chez eux. 

À Dumbéa, dans les jardins fournis des habitants, de nombreux moustiques élisent domicile. C’est ce qui a décidé l'une des propriétaires, à accepter l’installation d’un capteur du programme Wolbachia dans son jardin.

Au total, une centaine de pièges ont déjà été installés sur la commune et toutes les deux semaines, les moustiques capturés sont répertoriés. "Ce qu’on vient relever, ce sont les nasses que l’on avait installées sur le piège. Ensuite, on emmène ce qu’on récupère au laboratoire. Dans un premier temps on les mets dans le congélateur pour tuer les insectes et par la suite, on identifie, pour trier les différents insectes", précise Sosiaki Kilama, technicien d’entomologie pour le programme. 

Lâchers de moustiques à partir de janvier

Les moustiques porteurs de la bactérie Wolbachia ne transmettent plus la dengue. Ils doivent donc devenir les plus nombreux. "À partir de janvier, on va commencer les lâchers de moustiques qui portent la bactérie Wolbachia", explique Nadège Rossi, cheffe de projet du World mosquito program. 

"Et donc, au fur et à mesure des lâchers et de la reproduction entre les deux populations de moustiques, on va pouvoir augmenter la proportion de moustiques qui portent la bactérie, au détriment de ceux qui ne la portent pas".

Participation des calédoniens

L’implication des particuliers est capitale pour la réussite du projet. "Si vous êtes volontaires pour accueillir un piège, on aura un agent qui passera chez vous une fois par semaine, ou une fois toutes les deux semaines selon les secteurs. Soit, vous êtes volontaires pour accueillir une petite wolbicaps, une petite capsule qui renferme des oeufs de moustiques qui portent la bactérie et de la nourriture, pour ces futures larves", poursuit Nadège Rossi. 

Wolbachia. Wolbicap
©Alix Madec

91% des calédoniens interrogés acceptent et encouragent la méthode. Les équipes espèrent désormais que chacun participera à sa façon, au développement de la bactérie sur ces deux communes. 

Le reportage d'Erik Dufour et Nicolas Fasquel :

©nouvellecaledonie