publicité

Le feu du Grand Sud réactivé sous l'effet du vent

Le cinquième jour d'incendie au Mont-Dore, dans le Grand Sud, ne sera pas le dernier. Le feu qui a commencé vendredi à hauteur des Bois du Sud était à peu près fixé hier. Mais le vent l'a ravivé et la difficulté pour accéder aux foyers rend la tache très compliquée. Au moins 500 hectares ont brûlé.

La fumée du feu se voyait cet après-midi de Magenta. © NC la 1ere / Sylvie Hmeun
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun La fumée du feu se voyait cet après-midi de Magenta.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
Une odeur de brûlé qui plane sur le Grand Nouméa et un grand panache de fumée qui nimbe le mont Dore: non seulement l’incendie qui sévit dans le Grand Sud depuis vendredi n’est pas terminé, mais il a repris de la vigueur. «Aujourd’hui, le feu, qui était à peu près fixé hier, a été réactivé du fait des conditions de vent, un peu tournant et qui s’est renforcé dans l’après-midi», relatait peu avant 17 heures Eric Backès, le directeur de la sécurité civile.
 

«Au niveau de la Forêt cachée»

Il se trouve en propagation libre vers le Sud-Ouest - «sans menacer directement d'enjeux humains et économiques», précise le point de situation de la fin de journée. Les flammes touchent une végétation dense qui n’a pas brûlé depuis longtemps, dans des points difficilement accessibles par la route. «Le foyer le plus virulent, signale le responsable de la DSCGR, se situe au niveau de la Forêt cachée.» Cette réserve naturelle, riche en biodiversité, que le dispositif continue à s’efforcer de préserver. 
 
Ce mardi en fin de journée. © NC la 1ere / Sylvie Hmeun
© NC la 1ere / Sylvie Hmeun Ce mardi en fin de journée.
 

Tranchées

Vu la géographie de l’incendie, les engins de pompiers ne sont pas forcément de grand secours. La priorité est donnée à trois hélicoptères bombardiers d’eau, à des équipes à pied ou héliportées, à des systèmes de caisses équipées de lances à eau… «La tactique, cite ainsi Eric Backès, a été de commencer à creuser des tranchées avec des engins de terrassement pour accéder aux foyers.» Bref, créer des axes pour faciliter l'accès et l'attaque du feu par moyens terrestres.  
 

Une intervention qui va encore durer

Etant donnée la difficulté pour atteindre le gros de l'incendie, mais aussi les reprises, sautes et fumerolles, il faut s’attendre à encore deux, voire trois jours d’intervention. La surface partie en fumée est estimée ce soir à 500 hectares. Demain, mercredi, les moyens devraient être reconduits. Aujourd’hui, 25 pompiers communaux et de la sécurité civile se trouvaient à pied d’œuvre, en plus des trois hélicos. Le plan Orsec de niveau 2 est activé depuis dimanche matin.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play