Nouméa : ils pique-niquent à la plage pour défendre leur Anse-Vata

aménagement du territoire nouméa
Pique-nique à l'Anse-Vata contre le projet de réaménagement, 20 février 2022
Pique-nique à l'Anse-Vata contre le projet de réaménagement, le dimanche 20 février. ©Christophe Chevillon
Le réaménagement de l'Anse-Vata en grande promenade, vaste projet auquel la mairie de Nouméa entend consacrer plus de deux milliards de francs, doit commencer en mars. Ce dimanche, la contestation d'une partie des usagers a pris la forme d'un pique-nique symbolique, sur la plage.

Un dimanche à la mer, mais pas que. Le pique-nique qui a réuni des amoureux de l'Anse-Vata, ce 20 février, avait valeur de message. Ils aiment leur plage comme elle est et tiennent à le faire savoir. Cette fois, c'était sous la forme d'un rendez-vous convivial qui a pris la forme de groupes installés sur la portion de littoral entre la Communauté du Pacifique et le restaurant proche du Rocher à la voile. Un participant évoque même 300 à 500 participants.

"On aimerait bien qu’elle reste comme ça parce que ce n’est pas uniquement réservé aux activités nautiques, il y a beaucoup de gens qui viennent pour passer un moment, pique-niquer, bronzer", énumère Philippe Barriol, membre du collectif Touche pas à ma plage. "Le midi en semaine, ils viennent casser la croûte, ils regardent la mer, les voiles… C’est une plage vraiment authentique, sauvage."

Philippe Barriol, du collectif Touche pas à ma plage, explique le pique-nique à Caroline Antic-Martin et David Sigal

Abattre cent cocotiers nous paraît complètement incroyable et bétonner cette plage, on est contre. On voudrait qu’elle reste sauvage et qu’elle ne ressemble pas à la promenade des Anglais.

Philippe Barriol, membre du collectif Touche pas à ma plage

Voté en septembre

La mairie de Nouméa s'apprête à commencer un relooking en profondeur d'une des plus célèbres baies de la capitale. Approuvé à l'unanimité du conseil municipal en septembre 2021, le projet se divise en deux grande phases. D'abord fixer le trait de côte, et aménager un vaste espace de promenade. Ensuite, implanter des récifs artificiels "brise-houle" dans la partie de l'anse la plus exposée, afin de diminuer l'impact des vagues et limiter l'érosion.

Les travaux, qui doivent commencer en mars, sont prévus pour deux ans. Montant total estimé : près de deux milliards de francs rien que pour la phase 1 financés par la municipalité avec l'Etat et la province Sud, puis 400 millions pour la phase 2. Et cette contestation d'une partie des usagers, notamment les pratiquants de sport de glisse et les professionnels qui gravitent autour de ces activités.

Anse-Vata, pique-nique de soutien, vue symbolique
L'Anse-Vata le dimanche 21 février. ©NC la 1ère