PODCAST. L'anthologie du rap : dans l’antre du Kraken

musique nouméa
Hossein Gambey alias KRAKEN ©Aurélie Lombardo
Retrouvez la série "L'anthologie du rap" consacrée aux acteurs et aux moments forts du rap calédonien. 10 épisodes pour retracer les trente années d'histoire de ce mouvement en Nouvelle-Calédonie. Rencontre avec Kraken, bricoleur de sons.

Il traque les trouvailles sur internet "comme on fouille dans un bac à vinyles" : lui, c’est Kraken. Adepte du sampling, l’essence de l’expression musicale du rap, le beatmaker, comme la plupart de ses collègues, se fait plutôt discret.

Faiseur de sons

Vainqueur du tout premier concours de beatmakers organisé au Rex en mai 2021, Kraken se souvient d’une passion pour le hip-hop née dès la fin des années 80. "C’est une musique énergique qui par son essence mélangeait déjà des choses plus anciennes, forcément entendues, dont je m’étais aussi imprégné. Le style m’a musicalement accroché par l’intention, les textes qui étaient mis dessus et l’univers réaliste que ça décrivait. Rien que la puissance de la musique faisait l’élégance de ce son".  

Beatmaking ou l'art de faire des sons, composer des rythmes ©DR


Détenteur d’un BTS audiovisuel option son, obtenu à Montpellier, le mélomane n’a jamais cessé d’alimenter sa colossale sonothèque, piochant par exemple grâce au web jusque dans la soul turque des années 70. À son retour sur le Caillou, Kraken a collaboré sur plusieurs projets de rappeurs en solo ou collectif. Ce "rôle de l’ombre" offre sans doute au beatmaker un regard avisé sur le mouvement.

"Il y a un truc qui est difficile en Calédonie, c’est la parole. Les frontières c’est de l’eau, disons que tu ne peux pas disparaître. Malheureusement on est aussi dans un Pays violent, brutal, où les susceptibilités sont réactives. Il faut du courage pour dire les choses. Et je pense qu’il y a peut-être des vérités bonnes à dire, mais difficiles. C’est peut-être ça aussi le courage du hip-hop : dire ce qui fait mal, ce qui est vrai, ce qui ne va pas. Pas forcément à chaque fois être pessimiste, mais en tout cas dresser des tableaux quand on sent qu’il faut le faire pour que chacun puisse regarder."

Constatant l’existence d’entités qui ont encore du mal à coopérer, Kraken espère que le mouvement rap de demain parviendra à se connecter véritablement autour de messages fédérateurs.

Un aperçu de l'univers sonore du Kraken ici.

Retrouvez l'épisode 10, dernier de la série, ici.