PODCAST. L'anthologie du rap : Ybal Khan

musique nouméa
Ybal Khan ©Le cri du cagou
Retrouvez la série "L'anthologie du rap" consacrée aux acteurs et aux moments forts du rap calédonien. 10 épisodes pour retracer les trente années d'histoire de ce mouvement en Nouvelle-Calédonie. Parmi les figures de proue, un certain Ybal Khan.

Dans les années 2000, l’agglomération du Grand Nouméa commence véritablement à résonner des échos d’un rap local.

On nous regardait comme des extraterrestres

Ybal Khan

En 2001, des lycéens fondent Vandal Position. Avec trois maxis dans les années qui suivent, le crew participe au lancement de la scène rap locale. Aux côtés de K’Sir et DJSE, Ybal Khan : "Ma plus grande fierté ça a été d’avoir osé rapper, quand localement le rap n’était pas bien établi"

DJSE avec qui Ybal Khan a commencé à écrire. ©GWANGELINHAEL- Gwenael Perrochaud

En 2005, le jeune rappeur poursuit sa carrière solo. Avec ténacité, Ybal Khan entreprend, morceau après morceau, d’exorciser les difficultés de la jeunesse kanak en ville.

"Au moment où j’ai sorti mon premier morceau solo, Kanak des Temps Modernes, c’était assez chaud. On me disait ‘eh, fais gaffe !’ On savait tous que Lafleur avait des milices. Les gens avaient peur, mais je me suis dit que ce n’était qu’un morceau de rap : je ne déclarais pas la guerre, c’était la liberté d’expression ! Ça a été l’objectif dès le départ : si je ne disais pas certaines vérités, qui le ferait à ma place ? Personne, d’où ma carrière solo." 

Des textes à l'inspiration contestataire 

Affûtant son style et ses textes, Ybal sortira deux maxis puis deux albums (Petit Kanak, 2010 et Trop de Style, 2016), dont le premier peut être considéré comme un des plus emblématiques du courant. "J’ai grandi en ville et bizarrement, en militant pour l’identité et la culture dans le rap, ça m’a permis de mieux réaliser qui j’étais réellement en tant que Kanak. Avec maintenant beaucoup de recul, je me dis que si j’ai revendiqué d’être Kanak, […] c’est qu’il fallait que je le dise, pour certains qui ont cette fâcheuse tendance à nier cette identité !" 

Ybal Khan ©GWANGELINHAEL- Gwenael Perrochaud

Adepte d’un rap où "c’est la plume qui fait la différence", Ybal Khan se fait plus discret ces dernières années. Si son profil Instagram affiche "rappeur en stand-by", il affectionne les allers-retours entre Koutio et sa tribu de Hunöj sur Drehu. De ce savant équilibre entre monde urbain et île natale, l’artiste puisera-t-il son inspiration pour un prochain retour sur le devant de la scène ?

Retrouvez l'épisode 3 ici.