Six interpellations après les troubles du 5 novembre à la sortie de Païta

violence païta
Six personnes ont été arrêtées après les troubles survenus le 5 novembre, à la sortie Nord du village de Païta, au lendemain du référendum et le jour de la visite du Premier ministre. «Cinq majeurs, âgés de vingt à trente ans, sont actuellement en garde à vue depuis 6 heures ce matin, mesure qui sera prolongée en vue d'une présentation au parquet», annonce ce mercredi la gendarmerie, qui cite le procureur de la République. Autant d'arrestations menées par la section de recherches de la gendarmerie et la brigade de Païta, assistées par l'antenne du GIGN et des pelotons d'intervention. «Un sixième homme vient à son tour d'être interpellé», poursuit la gendarmerie. 
 

Tir d'arme à feu et caillassages

Entre 18h30 et 1h30, la soirée puis la nuit du 5 novembre a été agitée, à l'entrée de la route du littoral, qui dessert les tribus de N'Dé et Naniouni, ainsi que plusieurs lotissements. Une trentaine de manifestants ont bloqué la circulation. A hauteur de l'échangeur avec la voie express, les gendarmes ont essuyé jusqu'à cinq tirs d'arme à feu, qui n'ont heureusement pas fait de victime. Plusieurs caillassages ont eu lieu, qui ont en tout blessé cinq personnes. 
 

Tentative de meurtre

L'enquête qui a été ouverte concerne plusieurs chefs d'accusation: tentative de meurtre sur agent de la force publique, entrave à la circulation, violences sur agent sans interruption temporaire de travail, ou participation avec arme et guet-apens à un attroupement et destruction par moyen dangereux.