Goro Mines : Vale NC tape du poing sur la table

nickel yate
Rencontre Vale à Yaté à propos de Goro mines, juin 2020
©NC la 1ere
Réunion fleuve, à Yaté, où le PDG de Vale Nouvelle-Calédonie s'est expliqué ce mercredi devant les représentants coutumiers et les entrepreneurs de la SAS Goro Mines. Il a été question de la gouvernance de la société dont le gérant, très discuté en interne, était absent de la rencontre.
Deux heures d’échanges ce mercredi, à Yaté, et les mots qui tombent.
 

Je suis prêt, de mon côté, à prendre mes responsabilités, et à envisager la résiliation de l’ensemble de mes contrats avec la SAS Goro mines.
- Antonin Beurrier, PDG de Vale Nouvelle-Calédonie

 

Près d'1,3 milliard CFP

La conclusion jette un froid dans l’assistance. Pour le dirigeant de Vale NC, cette réunion à Yaté même devait lever les ambiguïtés quant à la gouvernance de Goro mines. Une société qui représente chaque année près d’1,3 milliard CFP de contrats de sous-traitance. 
 

Composition

L’entité appartient pour 76 % à des groupements de droit particulier local, les coutumiers d’Unia, de Touaourou et de Goro. Le reste revient à la société Mwatiti, constituée d’entrepreneurs. Dans le passé, il est vrai, Goro mines ne s’est jamais épargné les crises, comme le souligne l'ancien gérant Adolphe Digoué, maire sortant de la commune.
 

La SAS Goro Mines, quand je suis arrivé en 2013, n'avait plus de compte. Quand on parle de la SAS Goro Mines, tout le monde se sauve en courant.
- Adolphe Digoué, gérant de 2013 à 2019

 

Action musclée

Depuis 2019, le gérant s’appelle Claude Clavel, sous-traitant membre de Mwatiti. Le 4 juin, il manifestait à hauteur du parc de La Coulée avec quelques dizaines de rouleurs. Une action musclée qui s’est faite sentir à l’usine du Sud. 
 

Le 4 juin dernier, le site industriel a été pris en état de siège. On a frôlé la catastrophe. On m'a bloqué le bateau, on nous a bloqué les bus. Je voulais envoyer six gars en hélicoptère pour qu'ils puissent au moins gérer la salle de contrôle. Ils ont été menacés. 
- Antonin Beurrier, PDG de Vale NC

 

Réaction de Rhéébu Nùù

Le lendemain, le comité Rhéébu Nùù réagissait par communiqué, appelant Claude Clavel à se retirer des entités Xee Nuu et Goro Mines. Il faut dire qu’entre la nouvelle gouvernance de Goro Mines et la direction de Vale, il existe bien plus que des divergences. Comme en témoigne le communiqué diffusé ce mercredi, et la fin de non recevoir pour la réunion du jour. 
 

On a été témoins d'une guérilla judiciaire, avec une tentative de prise de contrôle hostile de l'outil. "Vous l'industriel, vous nous donnez de l'argent, et nous on distribue, et on prend une commission au passage". C'est écrit. Ça peut être assimilable et qualifiable comme une tentative d'extorsion.
- Antonin Beurrier, PDG de Vale NC

 

Parole d'entrepreneur

Une fois exposés les motifs, au tour des entrepreneurs locaux de donner leur point de vue. 
 

Si on a un débat à avoir, c'est ici. En tant que chez nous, on a envie d'investir. Mais en vous voyant, tous les vieux, vous battre, ça ne nous donne pas envie. Qu'est-ce que vous faites de nous qui avons mis nos billes là-dedans ? 
- Sileva Mapou, directeur de Sud Reboisement

 

Rendez-vous sous trois semaines

Fin de la SAS Goro Mines et naissance d’une nouvelle entité, ou changement de la gouvernance actuelle ? Chacun s’est laissé le temps de la réflexion. Promesse a été faite de se revoir sous trois semaines.

Un reportage de Bernard Lassauce et Claude Lindor : 
©nouvellecaledonie