Saison cyclonique : ce qu'on peut retenir du passage de la dépression Ruby

cyclones
Cyclone Ruby : route inondée à Bourail
©Mairie de Bourail
Au lendemain du référendum 2021, la Nouvelle-Calédonie a subi le passage du premier phénomène cyclonique pour la saison 2021-2022. La dépression tropicale Ruby est arrivée par l'extrême Nord et a parcouru la Grande terre avant de s'évacuer à l'Est de l'île des Pins. Récit.

Le phénomène baptisé du joli nom de Ruby n'a jamais été un cyclone au regard de la classification appliquée en Calédonie. Au plus fort, il s'agissait d'une dépression tropicale forte.

Selon la sécurité civile

Il était prévu que Ruby "passe au stade de cyclone tropical dès son arrivée sur le territoire", a expliqué le colonel Frédéric Marchi-Leccia sur le plateau du JT, mardi soir. "Ça n'a pas été le cas. Elle a eu la bonne idée de perdre de son intensité, tout en conservant une bonne vitesse, ce qui a permis au phénomène de s'évacuer assez rapidement."

"Il est resté sur la trajectoire anticipée par les services de Météo France", a-t-il estimé. "Ça s'est passé conformément au plan, avec des dégâts très limités, c'est ce qu'il faut retenir. C'est le Nord qui a été impacté puisque le phénomène est arrivé de la mer avec toute sa puissance. Le fait qu'il ait circulé beaucoup sur la Chaîne l'a un peu ralenti et a atténué les effets."

En résumé : "On a eu beaucoup beaucoup de pluies mais les vents sont restés assez soutenables. Ce que je retiens, c'est zéro victime, pas de mort, pas de blessé grave. Des foyers privés d'électricité."

Un cyclone qui ne laissera pas de trace dans l'Histoire si ce n'est qu'il a servi de bonne exercice en entrée cyclonique.

Colonel Marchi-Leccia, directeur de la sécurité civile
Colonel Frédéric Marchi-Lecchia, Directeur de la sécurité civile

D'après Météo France NC

Mardi dans la nuit, le chef prévisionniste Virgil Cavarero racontait le passage du phénomène ainsi : "Comme il était assez compact, en chaque région qu’il traversait, il est passé assez rapidement. Les vents les plus forts duraient deux-trois heures au maximum."

"Au niveau de sa vitesse de déplacement, il a légèrement accéléré dans la journée. Il était aux alentours de trente km/h ce [mardi] et jusqu’à quarante km/h ce soir. Au niveau des vents, le plus forts étaient près du centre."

"Au niveau des pluies, par contre, il y avait des bande pluvieuses assez loin du centre. C’est pour ça qu’on a eu, sur la Grande terre notamment, sur la Chaîne et la côte Est, des pluies dès [lundi] après-midi jusqu’à ce soir. Avec au maximum 200 à 400 mm sur la côte Est et la Chaîne."

L'évolution des alertes

  • La Calédonie a été basculée en préalerte cyclonique juste avant l'ouverture des bureaux pour le vote d'autodétermination : c'était le dimanche 12 décembre à 5 heures du matin.
  • Les résultats du référendum étaient à peine proclamés, lundi 13, que la province Nord passait en alerte 1, à 11 heures. A 14 heures, c'était le Sud et les îles.
  • 20 heures, alerte 2 dans le Nord, puis à 23 heures pour le reste du pays.
  • La phase de sauvegarde a été engagée à partir de mardi soir : d'abord l'extrême Nord, puis le centre et deux Loyauté. Ensuite, Boulouparis, le Grand Nouméa, Thio et Yaté. Enfin l'île des Pins et Maré à 5 heures.
  • A 8 heures mercredi, levée de toutes les alertes.

La trajectoire

Dès lundi soir, les Belep subissaient des rafales à près de 100 km/h. Mardi au petit matin, Ruby touchait la pointe Nord : on la trouvait à 5 heures à l'Ouest de Poum. Elle a alors amorcé une descente qui lui a notamment fait longer la côte Est. 

Vers midi, le centre de la dépression était repéré sur la Chaine centrale entre Kouaoua, Moindou et Bourail. A 13 heures, elle était localisée entre La Foa et Canala.

En fin d'après-midi, Nouméa ressentait sa proximité. A 16h30, Ruby était à l'Est de Yaté. Vers 19 heures, c'était le tour des habitants de Kunié. Mercredi, à 1 heure du matin, elle était déjà à 220 km au sud-est des côtes de l'île des Pins.

Routes coupées

Pas d'énormes dégâts mais quelques-uns néanmoins : tôles arrachées, arbre sur maison... L'approche et la progression de Ruby se sont bien sûr accompagnées de plusieurs coupures du réseau routier,

  • du fait des inondations (dans la région de Bourail dès lundi soir, par exemple, sur des axes secondaires et sur les voies d'accès à de nombreuses tribus),
  • du fait des chutes d'arbres
  • ou de la suspension du bac sur la Ouaième.
Dépression Ruby : Arbre au milieu de la route à Ometteux, Poindimié
©Marguerite Poigoune / NC la 1ère

Par précaution ou parce qu'ils étaient bloqués, quelques centaines de Calédoniens se sont réfugiés dans un des centres d'accueil déployés par les communes.

Des milliers de gens sans courant

Dépression Ruby : quelques images de Ouégoa après RUBY
Dégâts laissés par Ruby à Ouégoa. ©Joël Santino

Jusqu'à presque 30 000 foyers ont été sans courant, en additionnant les réseaux Enercal (25 000 au plus haut) et EEC (plus de cinq mille). Mardi soir, il en restait 13 500 pour Enercal, dont sept mille à Païta, et 3 709 pour EEC, dont 1 630 à Bourail.

Quelques problèmes d'eau

Captage de Netchaot bouché à Koné. Réservoir plus alimentés à La Foa en raison d'une coupure de courant. Captage de la Tamoa submergé à Païta. Captage de Saint-Louis bouché au Mont-Dore...

A Koné

A Koné, Ruby aura frappé dès le milieu de matinée. Sur place, comme dans d'autres communes de la province Nord, des centres d'hébergement ont été mis en place en lien avec la sécurité civile et la brigade de pompiers de Koné sur le terrain. Si ce n'est la montée des eaux, peu de dégâts sont à déplorer.
Nathan Poaouteta et Brice Bachon ont enfilé leur imperméable pour nous en rendre compte.

©nouvellecaledonie

A Koumac

Direction Koumac, où malgré quelques routes bloquées, quelques arbres tombés et le courant coupé pour un millier de familles, Ruby n'aura pas eu d'impact majeur. Le point avec Brigitte Whaap et Louis Perin.

©nouvellecaledonie

A Thio

A Thio, Ruby est arrivée en début d'après-midi. Dans cette commune isolée, les services municipaux se sont organisés très tôt. Plusieurs centres de secours ont notamment été aménagés, dont le centre culturel qui a hébergé une vingtaine de personnes. La plus grande crainte des autorités concernait les inondations et les éboulements mais ce soir, les pompiers annonçaient peu de dégats. Sur place, le reportage de Laurence Pourtau et Claude Lindor.

©nouvellecaledonie

Aux Loyauté

Plus de peur que de mal à Ouvéa. L'île a tremblé à l'approche de Ruby, mais la dépression tropicale forte a finalement dévié sa trajectoire. Iaai aura été moins malmenée que lors des passages des cyclones Niran et Lucas. Reportage : Stéphanie Chenais et Laura Schintu.

©nouvellecaledonie

Soulagement également à Lifou, où après les fortes pluies et les rafales de vent, le calme est de retour. Clarisse Watue et Philippe Kuntzmann ont suivi des familles qui ont trouvé refuge dans les centres d'hébergement d'urgence.

©nouvellecaledonie

Dans le Grand Nouméa

Dans le Grand Nouméa, dès ce matin, de nombreuses familles qui résident dans des habitats précaires se préparaient à affronter Ruby. Certaines d'entre elles ont pu se tourner vers des dispositifs de mise à l'abri, qui ont été reconduit notamment à Païta. Voyez ce reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Christian Favennec.

©nouvellecaledonie

Le vent

Sur l'ensemble du pays, les trois plus fortes rafales enregistrées par Météo France NC:

  • 185 km/h à Poingam (Poum) entre 5 heures et 6 heures mardi.
  • 161 km/h à la montagne des Sources (Grand Sud) entre 16 heures et 17 heures.
  • 138 km/h à Touho aérodrome, entre 9 heures et 10 heures.

On note aussi :

  • 137 km/h à Thio entre 13 heures et 14 heures. ;
  • 136 km/h à Nouméa, au Faubourg-Blanchot, entre 16 heures et 17 heures.
  • 118 km/h à Koumac aérodrome, entre 8 heures et 9 heures.
  • 117 km/h sur le massif de l'Aoupinié, commune de Ponérihouen, entre 9 heures et 10 heures.
  • 97 km/h à La Roche (Maré) entre 14 heures et 15 heures.
  • 86 km/h à Huloup (Ouvéa) entre 11 heures et midi.

Les pluies

Dépression Ruby Rivière Thio
A Thio, la rivière gonfle sous l'effet des pluies de la dépression Ruby ©Laurence Pourtau/NC la 1ère

Quelques indications de précipitations sur quarante-huit heures :

  • 405 mm à station SLN de Méa (Kouaoua),
  • 200 mm à 400 mm sur une grande moitié Sud de la côte Est de Yaté à Houaïlou et sur la Chaîne,
  • 100 à 200 mm sur le reste de la Grande terre,
  • 50 à 100 mm aux Loyauté.

Des imprudences

A Lifou, malgré l’alerte 2, certains se baignaient et jouaient au foot en baie de Chateaubriand.

Dépression Ruby : Baie de Chateaubriand
©Clarisse Watué / NC La 1ère

On a repéré aussi un kayakiste. En fin d'après-midi, à Nouméa, du côté de la cité Pierre-Lenquette : une personne qui circulait malgré l'alerte 2 a vu un pin colonnaire tomber juste devant elle. Une scène filmée par un habitant. Sur les baies, des enfants ont été croisés jouant dans les vagues qui déferlaient, toujours en plein alerte 2...

Des insolites

Le sapin de Noël métallique qui suscite des émotions si intenses depuis des années est tombé à l'Anse-Vata. Ça n'est pas passé inaperçu. 

Sapin de Noël anse vata à terre Dépression Ruby
Le sapin de Noël de l'Anse Vata n'a pas résisté aux assauts de Ruby ©Sylvie Hmeun/NC la 1ère

Ruby a aussi fait chuter les fruits de saison.

©Joseph Wabealo

Mais son départ a été marqué par un ciel d'une couleur incroyable, orangé, rouge, rose ou mauve, selon l'endroit.

©Ambre Lefeivre / NC La 1ère

©Agathe Calendreau / NC La 1ère

Ouvéa, les couleurs du ciel après la dépression Ruby
©Stéphanie Chenais / NC La 1ère
Le ciel de Lifou couleur rouge sang après le passage de la dépression Ruby, le 14 décembre.
Le ciel de Lifou couleur rouge sang après le passage de la dépression Ruby, le 14 décembre. ©DR

>> Autant d'éléments à retrouver dans le live qui a accompagné ce passage de Ruby.