nouvelle calédonie
info locale

Le Soenc-Nickel inquiet pour l’avenir des employés de Vale NC

social
Navette Vale NC bloquée par le Soenc Nickel
La navette maritime de Vale NC bloquée par le Soenc Nickel ce matin ©Caroline Antic-Martin
500 employés ont eu bien du mal à rejoindre l'usine ce mardi à cause du blocage par le SOENC Nickel des navettes maritimes et des bus reliant le Grand Nouméa au site minier. Parmi les revendications : les rythmes de travail, l'emploi de sociétés extérieures et la fermeture possible de la raffinerie.
[MISE À JOUR Signature protocole d'accord]

Pas de bus, ni de navette maritime ce matin pour les employés de Vale NC. Les accès sont bloqués depuis 5 heures du matin par les représentants du SOENC- Nickel. 
 

Des dérives et un plan social dénoncés par le syndicat 

Une action coup de poing décidée la veille au soir pour exprimer le ras-le-bol et les inquiétudes d’une partie des salariés.
« Ça fait un peu plus de quinze jours qu’on discute justement sur les rythmes de travail, sur les conditions de travail au sein de l’entreprise… » explique Pierre Tuiteala, secrétaire général du Soenc Nickel. « On voit aujourd’hui des dérives encore une fois de la part de l’entreprise concernant les contrats à l’extérieur, dans les entreprises extérieures, alors qu’aujourd’hui, ils sont en train de préparer un plan social au niveau d’un secteur, ce qu’on appelle la raffinerie, où demain ça va concerner un peu plus de quatre-vingt dix personnes. Seront impactés aussi les services supports, donc ça représentait pas loin de cent personnes. »
Navette Vale NC bloquée par le Soenc Nickel
Bloqués dans un premier temps, les bus ont pu partir vers 7 h avec les employés. ©Caroline Antic-Martin
 

« Ce n’est qu’un projet » répond la direction

Oui, admet la direction de Vale, un plan de restructuration est actuellement à l’étude, mais pour l’instant, rien n’est acté.
« Notre président est actuellement en Métropole, nous travaillons d’arrache-pied pour qu’il y ait une visibilité, un avenir pour VNC avec un changement de l’orientation business. Ce n’est qu’un projet, et le contenu du projet va être expliqué aux instances selon le processus social habituel. Et pour l’instant, il n’y a pas lieu de bloquer quoi que ce soit » explique Michel Hadda, directeur des ressources humaines de Vale NC.
Soenc Nickel
©NCla1ère
 

Un protocole d’accord signé

Malgré ces antagonismes et une fois les bus autorisés à embarquer le personnel en direction de Vale, syndicat et direction se sont retrouvés au siège de l’entreprise. Après deux heures de réunion, un protocole de fin de conflit est arrêté et a été signé dans l'après-midi. La direction s’engage à revoir tous les contrats avec les sous-traitants, à ne plus embaucher à compter du 15 novembre et à ne pas renouveler les CDD et les contrats de chantiers. Malgré ces avancées, le syndicat reste mobilisé.
« Plusieurs annonces ont été faites depuis le début du mois, notamment sur le projet Lucy où on annonce que ça va être décalé. Maintenant on parle d’une éventuelle fermeture de la raffinerie. Là, les salariés ils sont frustrés, ils ne sont pas bien dans leur peau, ils ne savent pas si demain ils feront partie des personnes qui seront mises de côté… Il y a tout ça que rentre en ligne de compte » renchérit Pierre Tuiteala.
Une réunion est prévue le lundi 11 novembre entre le SOENC-Nickel et Antonin Beurrier, le président directeur général de Vale NC. 
Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry 
©nouvellecaledonie
Publicité