Le tueur des mosquées de Christchurch condamné à la prison à vie sans possibilité de libération

terrorisme
Victimes de Christchurch
Les visages et les noms des cinquante victimes se sont affichés à travers le pays. ©TVNZ
Le suprémaciste blanc, Brenton Tarrant, qui a tué 51 personnes en mars 2019 à Christchurch, vient d'être condamné à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Une première dans l'histoire de la Nouvelle-Zélande. L'Australien n'avait pas pris la parole au tribunal.
Le tueur des mosquées de Christchurch, Brenton Tarrant, a été condamné jeudi à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour avoir assassiné 51 fidèles musulmans en 2019 en Nouvelle-Zélande. Une peine sans précédent dans l'histoire judiciaire du pays, prononcée par le juge Cameron Mander.

Il revient à la Cour d'apporter une réponse de rejet catégorique face à des malfaisances aussi haineuses.
- Cameron Mander, juge


Brenton Tarrant, qui a récusé ses avocats le mois dernier, a plaidé coupable de 51 meurtres, 40 tentatives de meurtres et un chef d'accusation de terrorisme lors de l'attaque des mosquées al-Nour et Linwood, le 15 mars 2019 à Christchurch.
Ces attentats avaient déclenché une vive émotion dans tout le pays l'an dernier. 

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a salué jeudi la condamnation à perpétuité de l'Australien, Brenton Tarrant, lui souhaitant une vie de «silence total et absolu».

Le traumatisme du 15 mars n'est pas facile à guérir, mais aujourd'hui j'espère que c'est la dernière fois que nous avons à entendre ou à prononcer le nom du terroriste qui en est responsable
- Jacinda Ardern, première ministre

 

Couverture médiatique réduite

Les accusés ont le droit de faire une déclaration lors de leur procès, et beaucoup s'attendaient à ce que le suprémaciste blanc de 29 ans en profite pour défendre ses idées extrémistes. Au point que des restrictions drastiques avaient été ordonnées dans la couverture médiatique de l'événement, pour ne pas offrir une tribune au tireur.
 

Silence

Mais quand le juge Cameron Mander lui a demandé mercredi s'il comptait s'exprimer, après avoir écouté en silence pendant trois jours la colère des survivants et membres des familles des victimes, Brenton Tarrant a répondu qu'il ne s'adresserait pas en personne au tribunal. Un avocat commis d'office a cependant fait une brève déclaration au nom de l'accusé, jeudi, avant que le tribunal ne se prononce sur la peine.

Nombre de juristes s'attendaient à ce que l'Australien soit la première personne à écoper d'une peine de réclusion criminelle à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live