Un millier de visiteurs en huis-clos pour les Rafale avant le grand départ ce mercredi

armée
Rafal/Mission Pégase-Brown
Un Rafale survole la Nouvelle-Calédonie. ©NC1
La mission Pégase/Henri-Brown, c'est fini ! La flotte aérienne de l'armée de l'air et de l'espace présente en Nouvelle-Calédonie depuis samedi reprend son envol, cette fois, pour l'Australie. Mais avant, ils étaient un millier de chanceux à avoir vu de très près les Rafale. C'était lundi sur la base de la Tontouta. Une journée exceptionnelle, venue boucler un programme chargé, pour le plus grand plaisir des Calédoniens.

La flotte a quitté la Nouvelle-Calédonie en milieu de journée ce mercredi. Mais lundi, un ballet inhabituel avait lieu sur la base de la Tontouta : la visite autorisée, chose rarissime dans l'armée, de chasseurs, en l'occurence, les 3 Rafale stationnés chez nous depuis samedi. Et nombreux étaient ces  visiteurs chanceux. 

A la découverte des Rafale

La maman de Johan Pidjot ne cache pas sa fierté d’être d’avoir eu l’exceptionnelle permission d’être montée dans le cockpit du Rafale. Cette journée de visites était en effet réservée à un millier de privilégiés, militaires, familles et amis des pilotes. Gaëlle Népamoindou, la maman du lieutenant s’estime donc chanceuse : "Je pensais que ça n’allait pas être possible mais comme j’ai la chance d’être sa maman, j’ai pu monter. Du coup, il m’a expliqué un peu comment ça fonctionnait et d’autres petites choses". Fier, son père glisse un sentiment sur la réussite de son fils :

Au final, il est parmi eux [les pilotes]. Il a la persévérance, c’est pour ça qu’il a atteint son rêve.

Alain Pidjot

Un peu plus loin, on découvre que les autres familles sont là aussi, notamment celle du commandant Richard qui a été le premier Calédonien à prendre les commandes d’un Rafale. Florian, l’un de ses neveux, est émerveillé : "C’est juste incroyable. Vivre ça aujourd’hui, c’est vraiment le top. Peut-être que je ne le ferai qu’une fois dans ma vie. En fait, on n'a pas les mots". Un peu d’appréhension mais même plaisir du côté de la soeur d'un autre pilote, Emma-Lou : "Moi ça me ferait un peu peur mais c’est super intéressant. Il m’a tout montré, m’a tout expliqué".

C’est la première fois, même si ça fait un moment qu’il est pilote, que je vois tout ça, donc c’est super chouette.

Emma-Lou

Impressionnés aussi, les pilotes, surpris de l’engouement du public pour leur métier, à l’exemple du lieutenant Johan Pidjot : "On ne pensait qu’il a allait y avoir autant de monde. Je vois plein de gens. Ils font plein de photos. On partage notre passion. C’est une passion avant d’être un métier. C’est bien. Je vois les gens avec plein d’étoiles dans les yeux quand ils voient un Rafale. Comme moi, quand je vois un Rafale, donc superbe journée". L’exercice prévu le lendemain (mardi) à Lifou a été remplacé par un exercice d’entrainement au large de la côte Ouest. Les Rafale doivent quitter le ciel calédonien ce mercredi pour participer à un exercice grandeur nature en Australie.

Le reportage de Laurence Pourtau et Claude Lindor :

©nouvellecaledonie

Beaux mais trop loin et trop rapides

Dans le programme envoyé en amont de la mission, un survol de la Nouvelle-Calédonie, pour le plaisir des yeux. Et même si celui-ci sera chamboulé tout au long de son déroulement, ledit survol sera maintenu et nombreux seront les calédoniens sur monts et massifs, balcons ou plages à guetter le passage de la flotte. C'était dimanche. Une équipe de NC la 1ère a fait le vol avec la flotte. Elle a ramené des images exceptionnelles, comme ce petit extrait.

Un Rafale de chaque côté ©Caroline Antic-Martin / NC la 1ère

Dans le secret de la grande guerre

Au-delà de son aspect spectaculaire, la présence sur le territoire de cette flotte de l’armée de l’air et de l’espace a levé le voile sur le personnage "Henri Brown", le nom donné à cette mission. Qui était-il ? NC la 1ère a répondu à la question. 

Henri Brown
Henri Brown, membre des SAS pendant la Seconde guerre mondiale ©DR

Précurseur, le vieux Henri Brown ?! La réponse coule de source avec cette "visite" mais aussi avec l'implication dans les troupes d'élite de l'armée française de ces "enfants du pays".

Avec leur flotte, ils ont quitté leur territoire natal pour l'Australie mais surtout pour des enjeux qui nécessitent, de l'armée de l'air et de l'espace française, une "projection de puissance". On parlera alors de la mission "Pitch black 2022" et elle consistera en un rassemblement de plusieurs nations alliées de l'armée française. 

La perspective nous est apportée par Charlotte Mannevy.

Les Rafale en Calédonie vus sous l'angle géostratégique, par Charlotte Mannevy

La mission Pégase/Henri-Brown : des souvenirs, du spectacle, et une réflexion géostratégique sur laquelle reviennent Caroline Antic et Claude Lindor.  

©nouvellecaledonie

Et ce mercredi soir dans le JT de NC la 1ère, notre invité sera le général Valéry Putz. Il évoquera avec Medriko Peteisi l'axe indo-pacifique. A suivre à partir de 19h30.