Un vingt-deuxième cas de Covid-19 repéré en Calédonie, un militaire «faiblement positif»

coronavirus
Unité Covid-19 médipôle, coronavirus
L'unité Covid-19 du médipôle, image d'illustration ©Gaël Detcheverry / NC la 1ere
Un militaire en fin de quatorzaine a été «détecté faiblement positif au Covid-19», annoncent le haut-commissariat et le gouvernement. Transféré à l’unité dédiée du Médipôle, il représente le vingt-deuxième cas confirmé en Nouvelle-Calédonie.
La mauvais nouvelle est tombée le jour férié du 14 juillet : le Covid-19 se rappelle au souvenir de la Nouvelle-Calédonie. «67 tests de dépistage ont été effectués aujourd’hui», annonce le gouvernement dans son point sanitaire quotidien. Or «parmi eux, un cas s’est révélé faiblement positif». La Calédonie passe donc à 22 cas depuis le 18 mars, et c'est le premier à être détecté en plus d'un mois : la précédente alerte date du 9 juin
 

En fin de quatorzaine militaire

Cette fois, selon le communiqué conjoint du haut-commissariat et du gouvernement, il s'agit d'un militaire des FANC, arrivé le mardi 30 juin. C'est à l'issue de sa quatorzaine, effectuée en caserne au quartier Gribeauval de Nouméa, qu'il a été détecté, mardi, faiblement positif au Covid-19.

Le communiqué : 

A l'unité dédiée du Médipôle

«Bien qu’il soit asymptomatique, et comme le prévoit le protocole, il a été transféré à l’unité Covid du Médipôle, poursuit le communiqué. Il y subira de nouveaux tests sérologiques le mercredi 15 juillet afin de vérifier son immunité.» Et d'ajouter : «Les cas contacts identifiés sont tous restés en confinement dans la zone militaire dédiée.»
  

Que veut dire «faiblement positif» ?

Nous posions la question après le cas précédent : un gendarme mobile lui aussi testé au terme de sa quatorzaine - c'était le 9 juin - et lui aussi qualifié de «faiblement positif». Eléments de réponse dans cet article et dans la citation d'alors, extraite ci-dessous. 
 

Lorsque l'on rend un patient faiblement positif, c’est que l’on n'a que des parties d’élément du virus et non pas le virus dans son intégralité. C’est ce qui nous rassure, on a des petits morceaux de virus, mais il est déjà en cours de destruction par l’organisme. Le patient est donc faiblement, voire plus du tout contagieux. Par contre, c’est notre technique, on préfère rendre ce résultat positif, même s’il ne l’est que faiblement, parce que l’on applique le principe de précaution sur le territoire. Afin de protéger la population.
- Dr Sébastien Mabon, en charge des acteurs de soin, au cœur de la cellule Covid du gouvernement