Coronavirus : pourquoi les masques chirurgicaux coûtent jusqu’à 3 fois plus chers ?

économie
Masques chirurgicaux
Masques chirurgicaux ©D.R
Alors que le Pays recommande le port du masque pour l’allègement du confinement, les pharmacies peuvent désormais vendre les masques chirurgicaux importés de Chine. Malgré leur prix PPN, ils sont jusqu’à 3 fois plus chers qu’avant.
Dans cette pharmacie de Punaauia, le pharmacien est très transparent : « Avant, on vendait les masques chirurgicaux d’une autre marque à 30 Fcp pièce. Là, c’est 100 Fcp pièce » explique Amaury Sacault, soit plus de 3 fois le prix par rapport au mois de janvier.
Et pourtant, la marge des pharmaciens est moindre. « Avant, on achetait le masque 16,47 Fcp TTC avec la TVA. On avait 45% de marge dessus. Là, il n’y a pas de taxe car ils sont PPN. On les achète 85 Fcp, soit 5 fois plus chers et on a une marge de 15% dessus, autant dire presque rien. »
Dans cette autre pharmacie de Faa'a, avant, les masques chirurgicaux étaient vendus 50 Fcp la pièce, soit 2 500 Fcp la boîte de 50. Aujourd'hui, les prix affichés ont doublé.

Pour les clients, c'est donc désormais 100 Fcp le masque ou 5 000 Fcp la boîte de 50. Et c'est le même tarif pour les professionnels de santé libéraux : « Nous avons une dotation de l’ARASS, explique Jérôme Fernandez, président du Syndicat des infirmiers libéraux. 50 masques tous les 15 jours, sachant qu’on en utilise au moins 2 par jour, encore plus quand il fait très chaud. C’est déjà bien, mais ça ne suffit pas. Donc, nous sommes obligés d’en acheter en pharmacie pour compléter, au tarif public. »
 

Pénurie mondiale et coût de l'affrètement du vol spécial

Du côté de la Cellule Covid de la Direction de la santé, on nous explique qu’avec la pénurie mondiale, les prix se sont envolés. « A cela, il faut ajouter le vol affrété spécialement pour la Chine : un coût répercuté sur le prix des masques et de tout autre matériel médical. » Le passage en PPN des masques chirurgicaux sert en fait de plafond aux pharmacies « afin que les prix ne s’envolent pas davantage. Sinon, elles auraient pu appliquer n’importe quelle marge. »

Selon les recommandations sanitaires, les masques chirurgicaux doivent être changés toutes les 3 à 4 heures. Il faut donc en prévoir minimum 2 par jour et par personne qui sort travailler, par exemple, soit une boîte à 5 000 Fcp par mois et par personne.
« C’est pour cela que nous conseillons les masques en tissu, rappelle la Direction de la santé. Ils produisent moins de déchets, soutiennent les artisans locaux et sont plus économiques. »

Regardez ce reportage de Roan Poutoru, Lai Temauri et Heidi Yieng Kow :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live