publicité

Connaissez-vous les tabu autour du film "Tabu", de Murnau ?

Ce film, tourné en 1929 à Bora Bora, porte bien son nom ! 

© Friedrich Wilhelm Murnau
© Friedrich Wilhelm Murnau
  • Polynésie la 1ère (IB) Source : Marc E. Louvat, "Cinematamua. Petite histoire du cinéma en Polynésie" (ed. L'harmattan)
  • Publié le
"Tabu", c'est le nom du célèbre film du réalisateur Allemand Friedrich W. Murnau, tourné à Bora Bora en 1929. Un film que vous pourrez découvrir ou redécouvrir lors du festival Cinematamua, vendredi 28 juin à la Maison de la Culture (voir le programme). 

Le pitch : Bora-Bora, paradis sur terre. La nature y est généreuse et ses habitants y vivent heureux et insouciants. Reri et Matahi s’aiment. Un jour, le vieux Hitu apporte un message : Reri a été choisie par le chef de Fanuma pour devenir la nouvelle vierge sacrée. Dès lors, Reri est tabu. « Aucune loi des dieux n’est plus sacrée que celle qui protège l’élue. Aucun homme ne peut la toucher ou la désirer du regard pour son honneur et celui de son peuple ». Alors que le village se réjouit de cet honneur, les amants sont désespérés. Matahi et Reri décident alors de s’enfuir…
 
© Friedrich Wilhelm Murnau
© Friedrich Wilhelm Murnau

 

Lorsque le film parvient à sortir dans les salles de cinéma en 1931, c'est un énorme succès. Mais du tournage à la post-production, que de catastrophes ! 

 

"Tabu" est le fruit d'une collaboration entre le documentariste Robert Flaherty et le metteur en scène Friedrich W. Murnau. Les deux hommes avaient décidé d'écrire ensemble une histoire, "Turia", d'après une légende recueillie par Flaherty. Murnau arrive à Tahiti en juillet 1929, Flaherty est arrivé quelques jours plus tôt. Le tournage démarre à Bora Bora le 11 décembre 1929, sur le motu Tapu. Le rôle de Reri est joué par Anna Chevalier, 16 ans, et celui de Matahi par... Matahi. Tous deux sont de Bora Bora. Certaines prises de vues sont réalisées à Tahiti (cascade de la Fautaua notamment). Le dernier plan est tourné le 6 septembre 1930 à Faa'a.   
 
F.W. Murnau, entouré de Reri et Matahi, pendant le tournage de Tabou à Bora Bora. © Friedrich Wilhelm Murnau
© Friedrich Wilhelm Murnau F.W. Murnau, entouré de Reri et Matahi, pendant le tournage de Tabou à Bora Bora.

 

Des problèmes d'argent



Les ennuis commencent dès le début : déjà, ils ne reçoivent pas l'argent escompté par la production, qui les lâche. Murnau décide de financer le film avec ses économies, mais le budget s'en trouve considérablement réduit. Le film devait être en couleur, il sera en noir et blanc. À peine arrivée à Tahiti, une partie de l'équipe technique est renvoyée aux États-Unis. Des techniciens locaux sont embauchés et formés sur place. Afin d'éviter d'éventuels problèmes de droits, le scénario est réécrit et le titre du film modifié : "Turia" devient "Tabu".  À la fin du tournage en novembre 1930, Murnau retourne aux États-Unis : ses finances sont au plus bas et il s'endette pour achever la post-production et les effets spéciaux. 
 


Des problèmes techniques


"Un morceau de pellicule se coince dans la caméra de Flaherty et la rend inutilisable", écrit Marc Louvat dans "Cinematamua. Petite histoire du cinéma en Polynésie" (ed. L'harmattan). "Murnau engage alors le caméraman Floyd Crosby qui doit aider Flaherty et possède sa propre caméra."
 

Des problèmes d'entente


Les conceptions de Murnau et de Flaherty sont à l'opposé l'une de l'autre. Robert Flaherty avait écrit un scénario "à la gloire de la vie traditionnelle, tout en dénonçant la corruption apportée par la civilisation. Murnau, lui, voulait se servir de la beauté de l’île et des indigènes comme d’un décor exotique pour raconter une histoire romanesque"*. Murnau, qui devient finalement aussi le producteur du film, impose son point de vue tant et si bien que Flaherty refuse d’être crédité comme réalisateur.

 


Une malédiction ?

 
© F.W. Murnau
© F.W. Murnau


Murnau et son équipe n'auraient pas écouté l'avis des anciens de Bora Bora et "auraient violé un certain nombre de tabous locaux en choisissant imprudemment le titre du film, en installant leur quartier général sur un ancien cimetière, en tournant une séquence sur un lieu interdit, le motu Tapu à Bora Bora, et pire en allumant un feu sur un marae".** 

D'autre part, il y a eu plusieurs accidents sur le tournage, des caméras tombées à l'eau, le décès d'un cuisinier, la brûlure de l'assistant de Murnau... Et enfin, le décès de Murnau, quelques jours avant la première du film, prévue le 18 mars 1931 à New York ! Le cinéaste s'est tué accidentellement au volant de sa voiture sur une route en Californie et n'aura même pas pu assister à la première de son film... 

Pour terminer sur une note positive, non seulement le film fut un véritable succès mais Floyd Crosby a reçu l'Oscar de "best cinematographer" pour son travail sur Tabu. Après "Tabu", Anna Chevalier vécut quelques temps en Californie, décrocha quelques cachets aux Ziegfeld Follies puis connu une gloire éphémère en Pologne où elle vécut une idylle avec la star polonaise Eugeniusz Bodo et tourna le film "Czarna perla" ("Perle noire").


* Audrey Chiari, Tabou - La rampe Cinéma
** tahitiheritage.pf 


 

Quelques affiches du film...

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play