La semaine prochaine, la viande de porc risque de manquer

élevage polynésie française
pénurie viande porc
La semaine prochaine, les amateurs de viande de porc risquent de rester sur leur faim si les éleveurs de porcs mettent leur menace à exécution,. ©Polynésie la 1ère
Les éleveurs de porc sont dans une situation délicate. A cause de la situation mondiale, le prix des aliments pour bétails ne cesse d'augmenter. Conséquence : élever des animaux coûte de plus en plus cher. Pour alarmer les autorités et l'opinion, ils veulent bloquer la vente de porcs et aucun abattage ne devrait avoir lieu la semaine prochaine.

La viande de porc risque de manquer dans les magasins dès la semaine prochaine.

En effet, dans un communiqué, le président du syndicat des éleveurs de porc s'alarme de "la situation qui n'a pas évolué et est même en train de se dégrader". Teking LAI AH CHE précise même le prix des aliments servant à nourrir les bêtes "est toujours en constante augmentation, et notre trésorerie se fragilise toujours plus".

Il ajoute qu'une aide de soutien à la production a été décidée en fin d'année dernière mais celle-ci risque de ne pas suffire. Au point que certains éleveurs "évoquent aujourd'hui l'éventualité d'arrêter leur activité".  Ainsi, les membres du syndicat des éleveurs de porcs ont décidé symboliquement de bloquer la vente de porcs la semaine prochaine. "Aucun abattage de porcs n'aura lieu la semaine prochaine", précise le président du syndicat.

L'abattoir de Tahiti risque d'en pâtir "puisque c'est grâce à la filière porcine que celui-ci existe".

Depuis deux ans, la crise due à la pandémie de Covid-19 et les évènements climatiques extrêmes dans les principaux pays céréaliers ont de nombreuses conséquences parmi lesquelles la flambée des cours des matières premières agricoles (aliments pour bétails), au plus haut depuis 10 ans, ainsi qu’un emballement des tarifs de fret maritime international, en particulier depuis l’Asie et l’Océanie.

Ces augmentations importantes sur un poste représentant 70 à 75 % des charges des éleveurs, ont impacté fortement la rentabilité et la viabilité des élevages.