Le prix du fret maritime inter-île en voie d'augmentation

transports polynésie française
Le prix du fret n'a toujours pas augmenté. ©Polynésie la 1ère
Les compagnies maritimes locales subissent de plein fouet la hausse du prix du carburant. En parallèle, le coût du fret inter-île n'augmente pas. Mais la situation devrait bientôt changer, pour rééquilibrer les comptes des armateurs...

Le fret va augmenter dans les jours prochains. Mais de combien ? La confédération des armateurs et le Pays doivent se réunir jeudi 25 août pour définir le pourcentage de l'augmentation. 

Selon la directrice générale du Tuhaa Pae, les tarifs du fret maritime inter-île n'ont pas augmenté depuis 10 ans, en tout cas pour les Australes. L’arrêté n°767 CM du 20 juin 2012 fixe les tarifs maximaux de fret et de passages maritimes en Polynésie française. Les armateurs ne peuvent appliquer aucune augmentation de prix tant que le texte n'est pas modifié.

Faire face aux charges

Pourtant, un petit coup de pouce financier serait bienvenu pour les compagnies maritimes locales. Le prix du carburant a augmenté par deux fois en 2022 (février puis juillet) et l'inflation n'a jamais été aussi élevée au fenua : 6,9 % en un an.

Pour compenser l'augmentation de leurs charges et maintenir les emplois, les armateurs demandent une révision du tarif du fret... 

"Nous avons analysé nos charges. Elles ont augmenté entre 8 et 10%. Donc nous attendons du Pays que l'on puisse réviser les tarifs du fret que nous appliquons aujourd'hui, avec une augmentation à hauteur de 8% au moins" déclare Fifi Terou, directrice générale du Tuhaa Pae. 

Si dans le volume de fret annuel le Pays prend en charge entre 20 et 25% de produits transportés (produits de première nécessité, certains matériaux de construction, retour produit), cela ne suffit pas à pallier toutes les augmentations. 

"Notre souci, c'est de toujours rendre un meilleur service à la population des Australes (pour nous). Mais nous subissons aussi une augmentation du coût de la vie, [des tarifs] des prestataires de services" regrette Fifi Terou. Sans oublier, le coût important pour entretenir les bateaux et le prix du fret maritime international qui a doublé...