Sursis et amendes pour la morsure de requin au lagoonarium de Moorea

justice polynésie française
Correctionnel procès morsure requin Moorea
©Axelle Mésinèle / Pol 1ère
En novembre 2019, un garçon de 9 ans s'est fait mordre par un requin pointe noire au lagoonarium de Moorea. Le procès pour blessures involontaires et mise en danger d’autrui s'est tenu ce mardi 07 septembre.

Souvenez-vous, le 14 novembre 2019, un garçon de 9 ans s'est fait mordre par un requin pointe noire à l’occasion d’un nourrissage de poissons au lagoonarium de Moorea. Ce mardi 07 septembre, l’employé qui a organisé cette séance, son employeur et la société qui gère le site ont comparu devant le tribunal correctionnel pour blessures involontaires et mise en danger d’autrui.

Deux profondes lacérations, trois tendons sectionnés ce sont les blessures de la petite victime. Pendant ce mois de novembre 2019, le petit garçon participe à un tour du monde avec sa famille. De passage à Moorea, ils décident de se rendre sur le motu Ahi, où se trouve le lagoonarium. Pour l’avocat de la famille, au lieu d’observer des poissons, ils sont tombés sur des requins. Ils ont été " exposés à un risque de mort ".

Lors d’un nourrissage, une vingtaine de personnes encadrée par un seul homme, le maître nageur était absent, était accrochée à une corde. Du pain et de la sardine ont servi d’appâts pour attirer les poissons. Par l’odeur alléchée, des raies mais surtout une dizaine de requins se sont mêlés au festin. Emportée par le courant, une sardine s’est retrouvée près du garçonnet, il l’a saisi pour l’envoyer au loin mais un requin pointe noire voulant attraper la sardine a mordu l’avant-bras de la victime. Evacué vers le centre hospitalier, le garçon a eu 72 points de sutures.  "Je me souviens pas trop de la douleur, je me rappelle juste de la morsure" s'était confié le petit garçon après l'accident.

Au procès, l’employé qui encadrait le groupe a reconnu des manquements lors de cette séance de nourrissage. Quand il lançait les sardines, avec le courant elles revenaient dans les jambes des touristes. "Je n'ai pas eu de chance, cette fois " a-t-il déclaré à la barre du tribunal correctionnel. Il a depuis été renvoyé pour faute grave.

Quant au co-gérant du lagoonarium, il a estimé que les employés étaient formés aux règles de sécurité et qu'ils devaient les rappeler aux visiteurs. Des règles qui ne sont pas forcément respectées d'un côté ou de l'autre. Comme ce touriste qui un an avant le drame, s'est fait mordre la main car il avait tenu un requin par la queue. Le lagoonarium a fermé ses portes, en mai dernier. Les gérants qui occupaient illégalement le domaine public étaient sous le coup d’une procédure d’expulsion initiée par le Pays.

Pour rappel, le nourrissage des animaux marins est interdit depuis 2017 par le code de l’environnement mais le nourrissage des raies est autorisé par le PGEM, le Plan de gestion de l'espace maritime de Moorea. Uniquement sur certains sites mais celui du motu Ahi n’était pas inclus.

A l'audience, les prévenus ont été condamnés à des peines de prison avec sursis et à des amendes. 2 mois avec sursis pour l’employé, 8 mois avec sursis et une amende d’1,5 millions de francs pour la gérante du lagoonarium. La SARL en tant que personne morale a écopé de 4 millions de francs d’amende. La petite victime recevra 1,5 millions de francs pour son préjudice.

Le lagoonarium a connu un autre drame, le 21 novembre 2018, un touriste est mort sur le parcours aquatique. Le procès qui devait se tenir, ce mardi 07 septembre, a été renvoyé au 1er février prochain.