Tahiti Fishing Contest : un concours de pêche local à l'ambition internationale

pêche tahiti
Tahiti Fishing Contest
©Tahiti Fishing Contest

Il devait être international mais sera local pour cette année, suite à la fermeture des frontières. Organisé par Haura Club de Tahiti et Pacific Racing, le Tahiti Fishing Contest se déroulera le 27 février prochain. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au lundi 22 février. 

Le dernier date de 2007 et avait été organisé par le Haura Club de Tahiti, il devait donc être le premier concours international de pêche à Tahiti. Finalement, suite à la fermeture des frontières, le Tahiti Fishing Contest sera un concours local pour cette première édition. 

Organisé par Haura Club de Tahiti et Pacific Racing, ce concours est un concours "open" qui se déroulera toute la journée du samedi 27 février. Les participants peuvent partir en pêche dès minuit et la pesée débutera à 10h jusqu'à 16h. Un prize money de 1,1 million Fcfp, des billets sur Air Tahiti Nui valables un an et des paires de lunettes Julbo d'une valeur de 15 000 Fcfp chacune sont à gagner. 

Tahiti Fishing Contest
©Tahiti Fishing Contest

 

L’inscription s’élève à 40 000 Fcfp par équipage. Ceux qui accepteraient de prendre à leur bord un cameraman ou un photographe verront leurs frais d’inscription baisser à 20,000 Fcfp. Il faut 45 inscrits au lundi 22 février à 18h pour valider le prize money d'un 1,1 million Fcfp. Les points d’inscription sont : Daniel Leurre (Faa’a), Vaimoana Lure (Arue), Fresh Fish (coopérative d’Arue), Exocet Distributions (Papeete) et auprès de Manutea Mahai (Raiatea et ISLV au 89.77.31.28), ou encore par email (tahitifc21@gmail.com) ou Facebook. Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook.
 

Emmanuel Versace / Concours pêche
©GP PDJ

 

"L’objectif est de faire du Tahiti Fishing Contest l’un des événements phare annuel"

Emmanuel Versace - organisateur

 

- Vous avez été obligé de revoir votre organisation, de passer un concours international à national, est-ce que cela a été difficile ? 

Depuis le début, nous voulions organiser deux concours en un : un international d'une semaine sur des Bertram en appliquant les règles IGFA et un concours local "open" le samedi. Avec la Covid, nous avons dû reporter le concours international en 2022 mais nous avons maintenu le concours local. L'objectif est de faire connaître aux pêcheurs tahitiens et des îles ce nouveau concours, qui on l'espère sera un beau rendez-vous annuel. L’objectif est de faire du Tahiti Fishing Contest l’un des événements phare annuel avec un concours IGFA international et local, pour les Tahitiens et les pêcheurs étrangers.


- Quelles sont les ambitions du concours international pour l'édition 2022 ? 

Le dernier concours international IGFA à Tahiti a été organisé en 2007 par le Haura Club. Il y avait huit équipages tahitiens et étrangers. Aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, Australie ou encore au Japon, la pêche au gros est un sport pratiqué par des passionnés de la mer. L'objectif est de refaire un beau concours IGFA avec 10 équipes étrangères qui viendront pêcher en respectant les poissons qu'ils vont pêcher. Nous sommes en train de voir les conditions mais nous nous engageons soit à faire un concours "no kill" ou à remettre les poissons pêchés à des oeuvres de charité. Ils auront également la possibilité de participer au concours local. 

- Pourquoi avoir choisi la Polynésie française pour organiser ce concours ? 

Je travaille depuis 2015 sur différents projets voile avec Teva Plichart (Trésors de Tahiti, GP Pacifique des Jeux, Flying Pacifique des Jeux) et nous avons une bonne connaissance de l'événementiel. La pêche, que Teva a pratiqué en tant que pêcheur professionnel, est un véritable patrimoine culturel que nous voulons mettre à l'honneur avec ce concours. Depuis le début de ma collaboration avec les institutions, les décideurs politiques et nos partenaires privés, j'ai toujours eu à cœur de valoriser et de faire rayonner la Polynésie auprès de la communauté nautique et sportive en Métropole et à l'étranger. Je ne suis pas un Bixente Lizarazu, ni un capitaine Olivier de Kersauson mais en 7 ans, je me suis  toujours donné comme mission de rendre autant que le fenua m'a donné en organisant de beaux événements en Polynésie. 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live