Crise du coronavirus : quel impact sur le transport aérien à Saint-Pierre et Miquelon ?

éducation
ATR Air St Pierre
ATR Air St Pierre
L'épidémie de coronavirus a totalement rebattu les cartes du transport aérien. Et pour des îles comme Saint-Pierre et Miquelon, toute la vie s'en trouve bouleversée. Vols commerciaux, évacuations sanitaires, quatorzaine, tests, personnel navigant, étudiants... On fait le point.

Depuis la progression en Europe de l'épidémie de coronavirus, les autorités de Saint-Pierre et Miquelon ont progressivement restreint les liaisons avec l'extérieur de l'archipel afin de tenter de prévenir ou ralentir l'arrivée du virus. La Collectivité territoriale a d'abord totalement suspendu les liaisons maritimes en passagers de ses ferries avec le port de Fortune (Canada).

À lire aussi > Coronavirus : les coulisses d'un voyage Paris - Saint-Pierre au temps du confinement

Et l'État a fortement réduit les vols d'Air Saint-Pierre vers les aéroports canadiens, derniers liens avec l'extérieur. Voici le dispositif de la compagnie pour les semaines à venir.
 

Vols d'Air-Saint-Pierre : où en est-on ? 

Vers Halifax : un vol "flottant" lorsqu'il est nécessaire. L'ATR est réservé à des départs potentiels en évacuation sanitaire, et permet également au retour de rapatrier du fret qui serait en instance à Halifax.

À lire aussi > Coronavirus : un dispositif de dépistage strict en fin de quatorzaine à Saint-Pierre et Miquelon

Vers Montréal : un vol tous les quinze jours, un dimanche sur deux. Le prochain est programmé le 20 avril, et il est déjà complet. La préfecture précise que malgré les restrictions de transport, tous les passagers qui souhaitaient rentrer sur ce vol ont été acceptés. Elle a imposé un remplissage réduit de l'avion, afin de respecter les distances minimales entre les passagers.

" Dans ces vols, nous mettons en priorité les gens qui rentrent d'évasan, qui ont besoin de se reconstruire et se ressourcer en rentrant chez eux. La deuxième priorité, ce sont les gens qui viennent donner un coup de main à l'archipel, tels que les soignants. Et puis s'il reste de la place, les gens qui ont besoin de rentrer pour différentes raisons. " - Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon


Vers Saint-Jean de Terre-Neuve : les vols commerciaux restent suspendus.
 

Fermer totalement l'espace aérien pour se protéger de l'extérieur ? 

A la fin mars, le représentant de l'État avait décidé durant quelques jours d'un arrêt complet des rotations commerciales. Mais le dispositif a donc été assoupli. Les quelques passagers qui restent autorisés à rentrer à Saint-Pierre doivent désormais subir une quatorzaine stricte à leur arrivée, puis un test au Covid-19 avant d'en sortir.
 

" On ne peut pas vivre totalement coupés du monde. Mais nous avons réduit drastiquement les possibilités de venir sur l'archipel. Et ceux qui arrivent doivent passer les barrières sanitaires de la quatorzaine stricte et du test obligatoire. "   

 

Y a-t-il des exceptions à la quatorzaine imposée aux voyageurs ?

La quatorzaine stricte est la règle. Il y a eu "une ou deux" exceptions, pour des métiers médicaux "en grande tension", à l'instar d'un médecin réanimateur qui devait être immédiatement opérationnel. Le préfet précise que ces personnes ont été testées. Mais d'une manière générale, le centre hospitalier François Dunan anticipe l'arrivée des personnels soignants, qui ne prennent leur service qu'après la quatorzaine et le test négatif.
 

Quel dispositif pour le personnel navigant d'Air Saint-Pierre ? 

La quatorzaine n'est pas envisageable pour les employés de la compagnie aérienne locale, afin de maintenir les rotations aériennes. Mais les autorités viennent de décider de les tester au Covid-19. Thierry Devimeux précise que cela doit "les rassurer, et nous rassurer collectivement". Les premiers tests auront lieu "dans les prochains jours".
 

Quelles possibilités de retour pour les étudiants ?

Qu'ils fassent leurs études supérieures en France métropolitaine, au Canada, ou ailleurs dans le monde, les 240 étudiants résidents de Saint-Pierre et Miquelon sont pour la quasi-totalité eux aussi confinés, au mieux en télé-enseignement, ou pour certains désormais sans cours, et en attente de leur retour. 

À lire aussi > Coronavirus : la collectivité maintient le versement des bourses et demande aux étudiants de retarder leur retour


Les autorités locales comme nationales leur demandent de ne pas tenter de rentrer sur l'archipel, afin de se protéger d'une potentielle contamination dans les aéroports et les transports, et aussi pour protéger les habitants des deux îles s'ils s'avéraient porteurs du virus.
 

" Les étudiants ne sont pour l'instant pas prioritaires pour le retour sur l'archipel. La question de leur retour ne sera pas analysée avant la mi-mai. " - Thierry Devimeux

 

Les vols directs de l'été avec Paris sont-ils garantis ? 

Pour le troisième été consécutif, l'archipel bénéficie de liaisons aériennes hebdomadaires avec Paris - Charles de Gaulle à la période estivale, grâce au Boeing 737 d'ASL Airlines affrété par Air Saint-Pierre dans le cadre d'une délégation de service public avec l'État.

À lire aussi > Les vols directs entre Paris et Saint-Pierre et Miquelon confirmés jusqu'en 2022

Les douze rotations programmées cette année sont déjà réservées en quasi-totalité. Reste à savoir si les avions pourront voler, et dans quelles conditions. Le premier vol est prévu le 22 juin prochain.
 

" Nous n'avons pas annulé les vols directs. Nous verrons dans quelques semaines s'il y a des ajustements à prendre, ou pas. Le sujet n'est pas d'actualité. " - Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon

Les Outre-mer en continu
Accéder au live