Quel impact pour le cerf de Virginie sur la forêt boréale de Saint-Pierre et Miquelon ?

nature
langlade drone
©Clémentine Baude - SPM la 1ère
Quel est l'impact du cerf de Virginie sur son habitat et quelles sont les solutions pour préserver la forêt ? Gaëtan Laprise étudie ce phénomène depuis de nombreuses années sur l'île d'Anticosti au Québec. L'expert est actuellement dans l'archipel pour partager ses connaissances.

Depuis le début de la semaine, Gaétan Laprise se balade dans la forêt boréale de l'archipel. Pour l'occasion, il s'est rendu à Miquelon-Langlade pour mieux se rendre compte de l'impact du mammifère sur son habitat. 

À lire aussi : La pollution dans le Grand Barachois préoccupe les chasseurs de Saint-Pierre et Miquelon

Gaétan Laprise connait bien la problématique. Technicien de terrain et chasseur depuis plus de 35 ans, il étudie le phénomène depuis de nombreuses années sur l'île d'Anticosti au nord du Québec.

Comme c'est le cas dans l'archipel, le cerf de Virginie a été introduit à Anticosti en 1896. Depuis le cheptel s'est multiplié, ce qui met en péril son habitat et sa qualité de vie. Et après deux jours de promenade, Gaétan Laprise a déjà pu se faire une idée de l'état de la forêt boréale ici.

 

On a vu des forêts fortement altérées par le chevreuil.

Gaétan Laprise, responsable du dossier aménagement cerf/foret à Anticosti

 

 

Si les solutions ne sont pas les mêmes dans l'archipel, l'expérience et les conseils apportés par les experts peuvent être une source d'inspiration localement.

Le chevreuil a une capacité d'adaptation extraordinaire. Ce n'est pas étonnant que l'on en trouve autant sur Miquelon, Langlade et Anticosti malgré des milieux que l'on n'aurait pas cru favorables au chevreuil.

Gaétan Laprise

 

 

Pour Gaétan Laprise, "la première cause de mortalité chez un chevreuil c'est l'hiver, la chasse à un impact minime. A Miquelon-Langlade, la situation est différente à cause de la superficie".

Selon lui, "il doit y avoir des moyens de trouver des solutions, de faire des tests et d'essayer de trouver un équilibre entre le chevreuil et l'habitat naturel qu'il faut préserver".

À lire aussi : Un début de saison prometteur pour les adeptes de la chasse au cerf de virginie à Saint-Pierre et Miquelon

Dans l'archipel, la fédération des chasseurs a mené ces dernières années des opérations de replantage de sapins baumiers à Langlade et à Miquelon. Un projet de reboisement ambitieux. 

Quand la végétation naturelle ne réussit pas à se régénérer, la plantation ne réussira pas plus, à moins d'être protégée. Il faut au préalable contrôler la population de chevreuils.

Gaétan Laprise

 

 

Comme le précise, le responsable du dossier aménagement cerf et forêt à Anticosti , dans l'archipel , en l'absence d'hiver rude et de prédateurs, la meilleur façon de contrôler la population de chevreuils, c'est par la chasse. 

Et pour connaître le quota de chasse à fixer, "il faut vraiment connaître la population de chevreuils".

À lire aussi : Des cibles en pleine nature pour les archers de Saint-Pierre et Miquelon

Et pour tout savoir sur ce sujet, Gaétan Laprise anime deux conférences. Une sur Miquelon le jeudi 7 avril et la seconde sur Saint-Pierre, le dimanche 10 avril à 17 heures au Centre Culturel et Sportif.

Gaétan Laprise était l'invité de Claire Arrossaména ce mercredi 6 avril dans le journal télévisé de 20 heures.

 

©saintpierreetmiquelon