Le congrès international sur les sciences aquatiques se poursuit à Saint-Pierre et Miquelon

pêche
Congrès
Le congrès international des sciences aquatiques a réuni des scientifiques, des entrepreneurs du 23 au 27 septembre. ©SPM LA PREMIERE
La 2ème édition du congrès international sur les sciences aquatiques accueille, pendant cinq jours, la Normandie. Objectif de cet évènement : renforcer et développer des partenariats entre les scientifiques et les porteurs de projets locaux et de l'ensemble de l'Atlantique Nord.

Plusieurs rendez-vous sont inscrits au calendrier des participants pendant cinq jours. Samedi 24 et dimanche 25 septembre, il aura été question de la pêche et de l'aquaculture. Les interventions étaient axés ici sur les taux admissibles de capture, sur le concombre de mer ou encore un arc de rencontres sur le homard.

À lire aussi : Miquelon-Langlade : 35 hectares de terres agricoles en cours de réhabilitation

Les participants ont également pu échanger sur les différents types d'aquaculture et notamment sur les retours d'expérience en aquaponie, en algoculture et en raniculture à savoir, l'élevage des grenouilles.

Ce congrès a pour objectif, comme le souligne Bernard Briand, de mettre "la science au service du développement économique". 

La Normandie invitée d'honneur de cette édition 2022

Cette année, la Normandie est à l'honneur avec la venue notamment de plusieurs chefs d’entreprises. Une invitation qui intervient un an après la signature d'un accord de coopération entre la Normandie et Saint-Pierre et Miquelon. L'occasion pour l'archipel "de créer de l'émulation, des partenariats et de bénéficier du savoir-faire des régions", surtout que l'archipel est étroitement lié à la région normande par son histoire, par sa culture ainsi qu'au niveau administratif puisque Saint-Pierre et Miquelon est rattaché à l'académie de Caen et à Pôle emploi Normandie

Bernard Briand revient sur l'évènement et ce partenariat. Retrouvez l'entretien complet du président de la collectivité territoriale. Il était l'invité du journal télévisé du 23 septembre 2022.

©saintpierreetmiquelon

Des échanges fructueux pour les deux territoires

Ils ont également animé des conférences :  le biologiste franco-canadien Daniel Pauly et le docteur Tyler Eddy ou encore Agnès Joly, présidente du comité des aquacultures émergentes de Normandie.

Autre participante à ce congrès : la vice-présidente de la région Normandie en charge de l'agriculture, de la pêche, des forêts, de l'équin et de l'agro-alimentaire, Clotilde Eudier. Pour l'occasion, des scientifiques mais aussi des entrepreneurs, un proviseur de lycée, des restaurateurs ont également fait le déplacement. Et pas question pour eux de faire de la figuration.

À lire aussi : L'algoculture: Une source de diversification économique pour Saint-Pierre et Miquelon ?

Selon Clotilde Eudier: "c'est donner ce qu'ils savent mais aussi, sur certains domaines, recevoir dans un but de développement économique" [...] On a encore beaucoup de travaux à faire au niveau de la science, de l'innovation, des process, de la génétique jusqu'au produit fini". 

La vice-présidente de la région Normandie en charge de l'agriculture, de la pêche, des forêts, de l'équin et de l'agro-alimentaire était aussi l'invitée d'Adrien Develay dans le journal télévisé du 23 septembre. Voici l'entretien complet.

©saintpierreetmiquelon

Le concombre de mer, un potentiel économique pour le territoire

Samedi 24 septembre au matin, des ateliers étaient organisés notamment sur le concombre de mer ou holothurie. Le produit est pêché depuis quelques années dans les eaux de l'archipel. Il a un vrai potentiel économique. Éric Foucher est chercheur en halieutique à l'Ifremer. Il présentait lors de l'atelier un exposé sur les stocks de Saint-Pierre et Miquelon. 

Une biomasse locale analysée lors de précédentes campagnes de prospection expérimentale comme c'était le cas en 2021, puis une seconde campagne en mai 2022 qui a permis d'estimer globalement la ressource disponible dans les eaux de l'archipel.

À lire aussi : A Saint-Pierre et Miquelon, le concombre de mer sous la loupe de l'Ifremer

Selon Éric Foucher, "la quantité sur le fond est conséquente donc ça augure d'une exploitation qu'on espère pérenne. Donc on va faire en sorte de donner des indications et des recommandations pour pêcher des quantités suffisantes..." .

©saintpierreetmiquelon

Et dimanche en raison des mauvaises conditions météorologiques les différents rendez-vous prévus sur Miquelon ont eu lieu à Saint-Pierre.

Le congrès s'est poursuivit ce lundi sur le thème de la biodiversité aquatique. Ce mardi 27 septembre, il sera question du thème "sciences et éducation".