Reprise progressive des vols vers Saint-Pierre et Miquelon cet été

coronavirus saint-pierre (spm)
L'atr d'air saint-pierre
L'ATR d'Air Saint-Pierre, à l'aéroport de Montréal.
Les vols en provenance de Montréal seront plus fréquents à partir de la mi-juin. Si les lignes directes Paris - Saint-Pierre ne sont pas toutes annulées, le nombre de trajets de ce type restera en revanche limité, en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. 
Avec la pandémie de Covid-19, comment se déroulera l'été à Saint-Pierre et Miquelon ? Invité samedi 30 mai au journal de 20 h de SPM la 1ère, le préfet Thierry Devimeux a apporté quelques précisions sur les mesures qui seront mises en place pendant la période estivale. Il a ainsi annoncé une augmentation des vols du Canada vers Saint-Pierre, dans les semaines à venir. "Je vais, à partir de la mi-juin et en accord avec Air Saint-Pierrre, augmenter la fréquence des vols depuis Montréal", a assuré le haut fonctionnaire. "Aujourd'hui, nous avons un vol tous les 15 jours. À partir du 15 juin, ce sera un vol toutes les semaines. Et ça, pendant tout l'été."

À lire aussi > Un collectif réclame le maintien des quatorzaines pour les voyageurs arrivant à Saint-Pierre et Miquelon

Le nombre exact de vols directs estivaux depuis la métropole, lui, n'est pas encore connu. Il dépendra en partie du nombre de personnes prêtes à venir dans l'archipel en juillet et en août. Le préfet incite les passagers à se manifester auprès d'Air Saint-Pierre "dans les huit jours". Plus tôt dans la semaine, la ministre des Outre-mer Annick Girardin avait annoncé que l'ensemble des voyageurs, assurés ou non, auraient la possibilité d'annuler leur voyage Paris - Saint-Pierre tout en bénéficiant d'un remboursement intégral. Un dispositif qui, selon la ministre, devrait provoquer des annulations et réduire le nombre de vols. 
 

"Nous réajusterons le nombre de vols directs ou de vols vers Montréal, en fonction du nombre de personnes qui souhaitent venir cet été." - Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon


À l'été 2019, l'archipel avait reçu pas moins de 2 000 visiteurs mensuels. "On pense que cet été, nous sommes en capacité, avec toute la sécurité sanitaire nécessaire, d'accueillir entre 600 et 800 personnes par mois, quelle que soit leur provenance" a commenté le préfet. Ce dernier incite les voyageurs qui le peuvent à annuler leur déplacement vers l'archipel. "Nous déconseillons aux gens qui n'ont pas de motifs de venir dans l'archipel cet été. Cela nous mettrait en difficultés." Un motif impérieux de déplacement est quoi qu'il arrive nécessaire pour se rendre en outre-mer jusqu'au 10 juillet inclus, en vertu de la loi d'état d'urgence sanitaire. 
 

Quatorzaines strictes et tests au moins jusqu'en juillet


Les mesures mises en oeuvre pour empêcher la propagation du coronavirus à l'arrivée à Saint-Pierre s'appliqueront également jusqu'au 10 juillet. Actuellement, les nouveaux arrivants sont soumis à une quatorzaine stricte dès leur entrée sur le territoire. Leur sortie de confinement est soumise à un test PCR négatif. Passée cette date, les mesures mises en place ne sont pas encore connues. Elles n'ont pas été précisées par le préfet. 
 

"Jusqu'au mois de juillet, nous resterons dans le même protocole de contrôle des arrivées, de mise en quatorzaine, à domicile ou dans un lieu dédié et de politique de tests, pour s'assurer que les gens ne sont pas affectés." - Thierry Devimeux, préfet de Saint-Pierre et Miquelon

 

Les festivités estivales aux mains des maires


La tenue, ou non, des festivités estivales reviendra quant à elle aux maires de l'archipel. "Je laisserai les élus décider de ce qu'il est bon de faire pour cet été, tant pour l'île de Miquelon que pour l'île de Saint-Pierre" a annoncé Thierry Devimeux, avant de préciser qu'il avait déjà abordé la question avec les autorités locales. Pour l'instant, les mairies de Saint-Pierre et de Miquelon ne se sont pas prononcées sur la mise en oeuvre de ces évènements. 

À lire aussi > Saint-Pierre et Miquelon, un territoire ouvert ou sous cloche pour l'été 2020 ?

Les bars, les discothèques et les équipements culturels et sportifs couverts seront autorisés à ouvrir pour la phase 3 du déconfinement, qui se déroulera du 2 au 22 juin. Ils n'auront néanmoins pas le droit d'accueillir plus de 50 personnes à la fois. "À chaque gérant d'établissement de s'organiser, avec tout le pragmatisme et l'intelligence qu'a chacun, pour faire en sorte que les gestes barrières et que le nombre maximum de personnes puissent être respectés", a déclaré Thierry Devimeux. Le préfet a assuré qu'il n'y aurait, au moins dans un premier temps, aucune politique de contrôle stricte de ces mesures. 




 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live