Coronavirus : Une contamination au sommet du CHU

coronavirus
CHU de la Guadeloupe
La nouvelle avait provoqué une grande surprise en Guadeloupe : trois cadres du CHU ont été contrôlés positifs au COVID-19. Porteurs des messages de prudence et des gestes barrières, ils se sont eux-mêmes exposés à la contamination, un risque d’ailleurs pour les équipes de tous les services
 
C’était le 25 février dernier. Loin des premiers chiffres égrenés chaque jour pour faire état de l’avancée de la contamination en Guadeloupe et près d’un mois après l’ARS, le CHU présentait son organisation pour démontrer son anticipation pour faire face à l’arrivée du virus. Au demeurant, une information faite pour rassurer la population et les soignants sur la fiabilité du dispositif mis en œuvre en prévision.
Mais un mois plus tard, le 23 mars, la nouvelle vient surprendre tous les Guadeloupéens : le Directeur Général du CHU, la Présidente de la CME et le Chef de service de la réanimation ont été testés positifs au COVID 19. Le communiqué du CHU ne précise pas pour autant la manière dont ils ont été contaminés. Pourtant, au CHU, les discussions vont bon train sur ce qui a pu occasionner cette contamination à un tel niveau.
Pour beaucoup, ces cadres ont participé à de nombreuses discussions communes dans des salles fermées et où le même micro se passait sans les précautions d’usage. Une personne contaminée a donc pu transmettre le virus à tout ou partie de l’état-major de l’établissement. Jour après jour, des noms se sont d’ailleurs ajoutés sur la liste des contaminés, renforçant les propos que les uns et les autres s’échangent.
Le risque est d’ailleurs bien réel que certains chefs de service, en contact avec leurs équipes, aient pu transmettre le virus. Beaucoup de soignants au sein de l’établissement n’ont pas hésité à demander à être dépistés, ne sachant pas leur état actuel alors même qu’ils interviennent dans des services sensibles et qu’ils ont aussi à rentrer chez eux ensuite. Un test que le professeur Carles, chef du service Réanimation du CHU, lui-même contaminé par le virus, n’estime pas utile à ce niveau-là.
Une explication qu’il a donnée sur notre antenne radio ce dimanche alors qu'il était interrogé sur les cas de guérison constatés.

Entretien avec le Pr. Michel Carles, chef du service de la Réanimation du CHU


La guérison du professeur Carles et sa reprise d'activité redonneront du baume au cœur de ses équipes. Mais si l’annonce répétée de cas affectés au CHU n’a pas manqué d’ébranler les équipes, ce mauvais coup porté à l’état-major du CHU a cependant eu un effet positif : il a obligé l’établissement à faire preuve d’une rigueur accrue dans l’application des mesures sanitaires en vigueur.
A quelques jours du pic annoncé de la crise, il était urgent de se montrer exemplaire en la matière afin de galvaniser le moral des troupes qui auront fort à faire et auront besoin de tous leurs responsables pour passer le cap.