Spatial : retour en quatre points sur l'année 2021

sciences
61683f3d832b6_tjw.jpg
Le télescope spatial James Webb est le successeur d'Hubble. ©Nasa
L'agenda d’Arianespace a été chargé en 2021 avec des missions stratégiques : le retour de Véga, le lancement du télescope spatial James-Webb, cent fois plus puissant que Hubble, la mise sur orbite de satellites militaires de haute précision etc

15 lancements, 305 satellites, 56 450 de masse au décollage, l’année a été intense pour Arianespace. Arianespace exploite ses services de lancement depuis l'Amérique du Sud (au Spaceport en Guyane française) et l'Asie centrale (au cosmodrome de Baïkonour). Le succès de la mise en orbite du James Web a fait de l’année 2021, une année de tous les records.      

En 2021, le grand succès emblématique pour Arianespace, a été le 25 décembre le lancement du télescope spatial James-Webb, cent fois plus puissant que Hubble, pour le compte de la Nasa et de l'Esa, son homologue européenne. Les astrophysiciens de la Nasa ont commencé à réfléchir à ce télescope quand son prédécesseur, le célèbre Hubble, prenait le chemin de l'espace, en 1990. La conception de James Webb a mobilisé 10 000 personnes pour un coût final de 10 milliards de dollars. Il a été placé en orbite autour du Soleil, à 1,5 million de kilomètres de la Terre et devrait être totalement opérationnel dans six mois.

 Il faudra actionner plus de 150 mécanismes depuis la Terre sans aucun faux pas pour que le télescope James Webb se déploie une fois arrivé dans l'espace. Une décennie d'observation s'ouvrira alors. La durée nominale d'utilisation de ce nouveau télescope spatiale est de 5 ans ; tout le monde en espère le double, mais contrairement à Hubble qui a été réparé et modernisé 5 fois, aucune maintenance ne sera possible.  

10 faits sur James Webb, le télescope spatial bientôt lancé depuis le Centre Spatial Guyanais

Véga, le retour

Cms-ContentHasMedia_18457753

La fusée européenne Vega, qui avait essuyé un échec à l'automne dernier et perdu deux satellites, a fait son retour avec un décollage le 28  avril. Le 18e vol de ce lanceur léger devait mettre en orbite le premier satellite d'une constellation d'observation de la Terre pour le compte d'Airbus Defence and Space.

D'une durée de 1h et 41 minutes, le lancement Vega VV18 a permis la mise sur orbite du satellite Pléiades Neo 3, premier des quatre satellites d’une constellation d’observation de la Terre d’avant-garde. Le lancement a aussi permis la mise sur orbite de 5 autres petits satellites, marquant la 2e utilisation du SSMS, système permettant à Vega de déployer plusieurs satellites simultanément.

En novembre 2020, la fusée s'était échouée dans la mer peu après son envol, avec à son bord un satellite espagnol d'imagerie optique, SEOSAT-Ingenio, et le satellite français Taranis, premier instrument scientifique d'observation de la face cachée des orages. Cet échec était dû à un problème de fabrication lors de l'intégration du quatrième étage de la fusée, fabriquée par Avio en Italie. L'erreur de câblage n'avait pas été détectée par les contrôles.  

18e mission de Véga : le lanceur doit mettre sur orbite Pléiades Neo 3, un satellite d'observation de la terre et des sciences. 

Mission de tous les records pour Ariane.

Ariane, un défi pour la nature et l'espace
Le décollage d'Ariane est toujours un événement ©Caméra Lucida Productions

Le lanceur a mis le 22 octobre sur orbite deux satellites, SES-17, un satellite de télécommunications opéré par SES et SYRACUSE 4A, un satellite développé pour le ministère français des Armées. C’était la 11e mission de l’année pour le lanceur européen, et le 111ème lancement d'une Ariane 5.

Un lancement pas comme les autres car la fusée avait pour objectif de battre trois nouveaux records : "un emport total d’environ 11,2 tonnes au décollage, deux charges utiles cumulant 10 263 kg lors de leur séparation et un lanceur équipé d’une coiffe d’exactement 1,5 m de plus que d’ordinaire."  

Spatial : Ariane VA255, le lancement de tous les records

Lancement hautement sécurisé pour Véga 

Cinq aéronefs de l'Armée de l'Air et de l'Espace ont été déployés en Guyane
Cinq aéronefs de l'Armée de l'Air et de l'Espace ont été déployés en Guyane ©Julien F./ Armée de l'Air et de l'Espace / Défense

Autre mission stratégique : en novembre, Vega 20 met sur orbite trois satellites de renseignements militaires. Le CERES (Capacité d'Ecoute et de Renseignement Electromagnétique Spatiale) comprend trois satellites identiques sur orbite terrestre basse (< 450 kg chacun) volant à proximité les uns des autres, permettant de détecter, positionner et caractériser sur l’ensemble du globe des informations permettant de cartographier et d’analyser le fonctionnement d'émetteurs électromagnétiques dans les bandes de fréquences radar et télécommunication.

Le coût du programme est estimé à 400 millions €. Inédit, l’armée avait mis en place un dispositif de sureté aérienne renforcé. Pour l’occasion, cinq aéronefs venus de l'Hexagone ont été déployés en Guyane, dont trois avions Rafale, un ravitailleur et un avion Awacs.

Centre spatial guyanais : 5 avions déployés par l'armée pour assurer la protection aérienne lors du lancement Véga 20