Des millions d'euros de dégâts après les violences en Martinique

violence
61a6e5cc4158f_casse.jpg
Quelques dégâts significatifs entre le 23 et le 26 novembre 2021 en Martinique. ©Martinique la 1ère
Magasins pillés, radars incendiés, bureau de La Poste détruit avec une pelle mécanique... De nombreuses exactions ont été menées depuis le début du mouvement social en Martinique. Les dégâts se chiffrent à plusieurs millions d'euros, dont une partie payée par les contribuables.

Depuis le lundi 22 novembre 2021, une intersyndicale mène une grève en Martinique. En marge de ce mouvement social, des groupes d'inconnus ont mené des actions pour détruire un nombre important de biens publics, qui seront reconstruits avec l'argent des contribuables et des privés.

61a60e938a75e_whatsapp-image-2021-11-30-at-05-53-04.jpeg
Les restes des anciens barrages encore présents au rond-point de Carrère mardi 30 novembre 2021 ©Fabrice Defremont

De nombreuses voitures ont été brûlées durant les exactions menées le plus souvent la nuit. Des panneaux ont été arrachés et des arbres sciés pour ériger les barrages sur les différents axes routiers. Des restes fumants sont encore visibles à certains endroits de l’île, comme au quartier Redoute à Fort-de-France.

61a60ef5d8294_whatsapp-image-2021-11-30-at-06-27-42.jpeg
Les restes calcinés des barrages à Redoute mardi 30 novembre 2021 ©Fabrice Defremont

Des malfaiteurs ont détruit de nombreux radars. C’est le cas au Diamant, quartier les Côteaux à Sainte-Luce, à Rivière-Salée (vers Petit-Bourg), à Carrère au Lamentin (en direction de Fort-de-France) et sur la Rocade à Redoute (vers Schoelcher).

Poste détruite avec un tractopelle, lycée vandalisé, station-service pillée puis incendiée...

Le bureau de La Poste de Godissard à Fort-de-France a été détruit à l’aide d’une pelle mécanique dans la nuit du 26 au 27 novembre 2021. Les malfaiteurs ont réussi à ouvrir le GAB (Guichet automatique bancaire) et voler l’argent qu’il contenait. Pour les habitants du quartier, les auteurs sont allés trop loin. Ce lieu était un peu, un centre social intergénérationnel.

Poste / godissard
La poste de la cité Godissard à Fort-de-France, attaquée à l'aide d'une pelle mécanique durant la nuit du 26 au 27 novembre 2021. ©Xavier Chevalier

Quelques heures plus tard, c’est la station-service, du quartier qui est pillée puis incendiée. La situation aurait pu être dramatique si le feu avait atteint les cuves de carburant.

Station Vito / godissard
La Station Vito de Godissard située au milieu d'une zone d'agglomération, sur la route de Balata, est incendiée (novembre 2021). ©Xavier Chevalier

Le lycée professionnel de Places d’Armes au Lamentin a été vandalisé par des manifestants, selon des témoins. Ils se sont notamment servis de chaises comme combustible pour le feu du barrage qu’ils tenaient.

Lycée Place-d 'Armes / saccage
Deux salles de classe et des bureaux du Lycée Professionnel de Place d'Armes au Lamentin, saccagés dans la nuit du 26 au 27 novembre 2021. ©Manuel Larade

Des malfaiteurs ont cambriolé les locaux de la police municipale de Fort-de-France. Les contrevenants ont emporté des armes et des deux roues.

Feu devant la résidence préfectorale, magasins pillés....

Dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26, le portail de la résidence du préfet a été incendié par des individus cagoulés. L’intervention rapide des policiers a permis de limiter les dégâts.

61a0c85607686_img-6352.jpg
Magasin Auchan de Dillon ©Thierry Sokkan

Durant cette quatrième nuit de violence, les pilleurs ont pris pour cible plusieurs commerces alimentaires et de produits de téléphonie dans toute la Martinique. À Fort-de-France, le magasin Auchan Dillon a été dévalisé. Des individus se sont introduits dans le Carrefour Express et dans un Ecomax.

Pharmacies vandalisées, magasins cambriolés, centre commercial incendié...

Lors de la troisième nuit de violence, la maison médicalisée avenue Maurice Bishop quartier Sainte-Thérèse à Fort-de-France a été vandalisée

Pharmacies Sainte-Thérèse
L'intérieur d'une des pharmacies de l'avenue Maurice Bishop à Sainte-Thérèse qui a été vandalisée dans la nuit de mercredi 24 novembre 2021 à jeudi 25. ©Cyriaque Sommier

Pharmacie Sainte-Thérèse
L'une des pharmacies de l'avenue Maurice Bishop à Sainte-Thérèse a été vandalisée dans la nuit de mercredi 24 au jeudi 25 novembre 2021. ©Martinique la 1ère

En arrivant, le personnel a découvert les vitrines du bâtiment brisées, le matériel détruit ou volé, les médicaments emportés, et la destruction du mobilier.

Pharmacie Sainte-Thérèse
La devanture d'une des pharmacies de l'avenue Maurice Bishop à Sainte-Thérèse qui a été vandalisée dans la nuit de mercredi 24 novembre 2021 à jeudi 25. ©Cyriaque Sommier

Le cabinet médical du docteur Thimon, qui exerce depuis une trentaine d’années, a été saccagé. 

Au Gros Morne, des magasins d’alimentation ont été la cible de tentatives de cambriolage tout comme des PMU, des magasins de vêtements, des bijouteries...

Des groupes d'individus ont vandalisé et mis le feu aux commerces du centre commercial Créolis à Mansarde au Robert.

619f79f31f2e3_photo-2021-11-25-07-13-35.jpg
Pillages et incendie au centre commercial "Créolis" au Robert ©Marc François Calmo Martinique la 1ère

Le bilan chiffré des vols et des destructions n'est pas encore précis. Il devrait s'élever à plusieurs millions d'euros.

Tous les biens publics qui ont été détruits seront remplacés et financés grâce aux impôts collectés. C'est donc le contribuable qui va payer une partie des dégâts.