Des parents d'élèves se mobilisent contre le port du masque à l'école en Martinique

coronavirus
coronavirus covid masque enfant ecole
©IPR

Comme en Guadeloupe et à la Réunion, des parents d'élèves de Martinique se mobilisent eux aussi contre le port du masque à l'école. Un rassemblement est prévu ce samedi 20 mars 2021 sur la place de la Savane à Fort-de-France. 

Plus qu'une manifestation, ils préfèrent parler d'un "rassemblement". Le collectif "Liyannaj ba ich nou Matinik" à l'origine de cet évènement qui est organisé ce samedi 20 mars 2021 sur la place de la Savane à Fort-de-France regroupe cinq collectifs ("an nou kité ich nou respiré", "vivre livre, liberté de respirer", "sourire sans masque", "retour à la normale" et "collectif citoyen éveillé 972").

Ils sont contre l'obligation du port du masque en milieu scolaire et souhaitent le faire savoir au plus grand nombre. Après plusieurs courriers aux autorités et aux politiques, ils ont décidé de réunir leurs forces. 

On a pris l'attache des autorités, dont le préfet dès le 13 décembre 2020. On a envoyé un premier courrier, puis un deuxième dans lequel on soulevait un certain nombre de questions sur le maintien de l'obligation du port du masque compte tenu de la réalité épidémiologique infantile sur notre territoire. On n'a eu aucune réponse de sa part.

 

Récemment on a envoyé un dernier courrier avec des éléments de terrain pour mettre toutes ces personnes face à la réalité que vivent nos enfants au quotidien. 

 

Voyant que les choses ne bougeaient pas au niveau de nos représentants, sachant que nos députés ont été sollicités également très tôt, nous nous sommes dit que c'était à nous de nous faire entendre autrement.

Angéla, représentante du collectif "An nou kité ich nou respiré"


Depuis la rentrée des vacances de Toussaint (9 novembre 2020), le port du masque est obligatoire dans les établissements scolaires pour les enfants à partir de l'âge de 6 ans. Il l'était initialement pour les enfants de plus de 11 ans.
Selon le collectif, l'utilisation prolongée du masque, "entre 7 heures et jusqu'à 18 heures pour certains élèves" est problématique. Ils mettent en avant des conséquences sur la santé qui seraient "physiologique, physique et neurologique". 

C'est la santé de nos enfants qui est en danger. Ce n'est pas forcément à très court terme. Ça va être à moyen terme pour certains et long terme pour d'autres. Il y a des complications chez certains enfants, sans parler de ceux qui sont asthmatiques.

Il y a véritable une dégradation de l'état de santé des enfants.

 

Le collectif "Liyannaj ba ich nou Matinik" s'est associé à des collectifs de Guadeloupe et de la Réunion afin de formuler un recours en référé-liberté, adressé au Conseil d’État à Paris.

Les personnes adultes qui décident de continuer de porter le masque, elles sont adultes et décident pour elles-mêmes.

 

Les enfants, c'est différent, c'est quelque chose qui leur est imposé. Ce sont leurs parents, en principe, qui devraient pouvoir décider du port ou pas du masque, dans la mesure où le masque est un dispositif dit médical dans le cadre de la lutte contre le virus Covid-19. 

 

Il ne faut plus qu'on maintienne cette obligation. Ça relève de l'autorité parentale. Ce ne sont pas les autorités sanitaires qui doivent imposer cela et violer l'autorité parentale, normalement garantie par le droit français. 


À la Réunion, mais surtout en Guadeloupe, les collectifs de parents contre le port du masque sont très actifs et organisent des opérations coup de poing afin de faire entendre leur voix. 


Le rassemblement prévu samedi 20 mars 2021 par le collectif "Liyannaj ba ich nou Matinik" se veut pacifique.