nouvelle calédonie
info locale

L'agonie du Kea Trader accélérée par l'épisode de forte houle

environnement
Kea Trader: les deux parties principales désolidarisées (mai 2018)
Le Kea Trader dans son état actuel, avec en arrière-plan les navires Ju li et De Jing. ©Shanghaï Salvage Company
Le passage du cyclone Hola avait aggravé l'état du Kea Trader, le récent épisode de forte houle qui a touché la Nouvelle-Calédonie en a fait de même. La partie avant du porte-conteneurs s'est désolidarisée de l'arrière et penche de 18 degrés. 
L'épisode exceptionnel de houle qui a sévi le dernier week-end de mai n'a pas épargné ce qu'il reste du Kea Trader. «La partie avant de l’épave s’est désolidarisée de la partie arrière, et présente désormais une gîte de 18 degrés», décrit le haut-commissariat dans le point de situation diffusé ce vendredi en fin de journée et signé Thierry Lataste. C'est-à-dire qu'elle penche sur un bord.

«Réévaluation des priorités»

Résultat, souligne le haut-commissariat, «l’embarquement d’équipes sur les deux parties de l’épave dans des conditions de sécurité acceptables est jugé difficile». Et «cette situation conduit à une réévaluation des priorités. L’enlèvement des débris disséminés sur le récif, à la fois dans une perspective de dépollution et pour préparer l’arrivée des moyens lourds est la tâche privilégiée à court et moyen terme.»

Kea Trader: l'avant penche, mai-juin 2018
Le 2 juin, après un épisode de forte houle, la partie avant gite de 18 degrés. ©Fanc

Plan en cours d'élaboration

Quant au plan à suivre pour intervenir sur les morceaux du bateau depuis que le cyclone Hola l'a malmené, il serait toujours en cours d'élaboration. «Ce plan prévoira la mobilisation de nouveaux moyens lourds, dont la conception fait l’objet d’études d’ingénierie complexes, relate le haussaire. La faisabilité, mais également l’impact environnemental de ce nouveau plan, devront être au cœur du processus de validation, qui mobilisera des expertises de très haut niveau.»

Les mêmes «priorités fixées au propriétaire»

En concluant: «Les priorités fixées au propriétaire restent identiques: éviter tout nouvel accident, lutter contre toute forme de pollution, et se donner comme objectif de restituer le récif à son état de nature.» Alors que le Kea Trader va vers le premier anniversaire de son échouement, le 12 juillet 2017 au large de Maré, c'est la compagnie Shanghaï Salvage qui intervient désormais pour le compte de l'armateur. Une entreprise chinoise appelée à travailler en commun avec des sociétés calédoniennes.
Publicité