publicité

Après les provinciales, les européennes !

En Nouvelle-Calédonie, 210 846 électeurs sont appelés à voter le dimanche 26 mai pour renouveler les députés français au parlement européen. La propagande officielle est mise sous pli à Nouméa depuis jeudi. 

Mise sous pli à Nouméa, drapeau de l'UE, semaine dédiée au lycée Lapérouse et scène de vote au parlement européen. © NC la 1ere et parlement européen
© NC la 1ere et parlement européen Mise sous pli à Nouméa, drapeau de l'UE, semaine dédiée au lycée Lapérouse et scène de vote au parlement européen.
  • Sheïma Riahi et Clarisse Watue, avec Françoise Tromeur
  • Publié le
Les panneaux d'affichage posés devant les bureaux de vote n'ont pas disparu après les provinciales. Leur nombre a même augmenté en prévision du scrutin suivant. C'est qu'à peine une journée de vote terminée, une autre se profile: les électeurs calédoniens sont appelés aux urnes pour les européennes, le dimanche 26 mai.
 

Une circonscription unique

Le haut-commissariat et les mairies se retrouvent une fois de plus sur le pont électoral. Cette fois, pas moins de 34 listes ont été déposées, sachant que ces élections sont marquées par le retour des huit circonscriptions inter-régionales à la circonscription unique. En 2014, le Calédonien Maurice Ponga a été élu député européen pour le Pacifique. 

C'est reparti pour la mise sous pli

Côté logistique, la salle d'honneur de la mairie de Nouméa accueille de nouveau la mise sous pli de la propagande officielle, depuis jeudi. La Mission d'insertion des jeunes a encore recruté 200 volontaires. Ils doivent cette fois préparer six millions de documents, pour effectuer 210 846 envois.
 

Liste électorale générale

C'est le nombre de personnes inscrites pour les européennes puisque cette élection concerne le corps électoral général - comme les municipales - et non pas un corps électoral restreint - comme aux provinciales et lors du référendum du 4 novembre 2018. 
 
Parlement européen à Strasbourg © PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP Parlement européen à Strasbourg
 

Paroles de volontaires

«C'est moins fatigant que les élections provinciales, étant donné que les enveloppes sont plus grandes», relève Séverine Caland, l'une des volontaires à la mise en pli. «On n'est pas obligés de plier les papiers.» «C'est la première fois, du coup, je trouve ça un peu difficile, note à l'inverse Landry Kolivai. Mais comme eux étaient déjà là les trois premier jours, ils ont la main. Du coup, je suis aux enveloppes, c'est plus simple.» 
 

Format des enveloppes

La tâche s'avère également fastidieuse pour la vingtaine d'agents de l'OPT qui se chargent de récupérer et d'amener à bon port les enveloppes. «C'est beaucoup de manutention manuelle, de tri manuel, pour ces enveloppes pour les européennes: leur format ne permet pas un traitement en machine de tri, contrairement à celles des provinciales», souligne Serenella Bonino, chef du centre de traitement postal.

Le reportage radio de Clarisse Watue.
 

Appel à imprimer

Une particularité de ce scrutin : comme l'impression est à la charge des candidats, et que certains n'ont pas assez de moyens, certaines listes n'en diffuseront pas mais demandent à leurs électeurs potentiels de les imprimer eux-mêmes. 

Le reportage télé de Sheïma Riahi et Michel Bouilliez.
MISE SOUS PLI EUROPEENNES
 

Faible taux de participation

Les élections du 26 mai visent à renouveler 74 représentants de la France au parlement européen, qui seront en tout 79 à terme à siéger à Strasbourg. Elles mobilisent peu les électeurs calédoniens, comme le montre le taux de participation à 27% en 2014. Alors que pour le onzième Fond européen de développement, la Nouvelle-Calédonie devait bénéficier entre 2017 et 2020 d’une enveloppe de 3,6 milliards CFP. 
 
Durant la onzième semaine européenne du «Lap». © Martine Nolelt/NCla1ere
© Martine Nolelt/NCla1ere Durant la onzième semaine européenne du «Lap».
 

Semaine à thème au «Lap»

Pour rester dans le thème, à Nouméa, le lycée Lapérouse termine sa onzième semaine de l’Europe. Elle s'est traduite par de la lecture, des quizz, des chants, des danses ou à travers la gastronomie. En terminale, il est possible de passer un bac mention européenne.
Les explications de Françoise Rouam-Sim, professeur d’histoire-géographie au lycée Lapérouse.
Elles sont recueillies par Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry. 
SEMAINE DE L'EUROPE AU LAPEROUSE

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play