Câble sous-marin : l'Autorité de la concurrence donne avantage à la SCCI

internet
ACNC OPT SCCI
©Tomoo
Ce jeudi, l’Autorité de la concurrence a donné raison à la SCCI. L’OPT doit laisser accès au réseau de Nouvelle-Calédonie pour permettre à l’entreprise privée de réaliser son projet de câble. 
C’est une première victoire de la SCCI dans le bras de fer qui l’oppose à l’OPT. L’autorité de la concurrence à laquelle la Société calédonienne de connectivité internationale (SCCI) avait fait recours lui a donné raison dans sa décision publiée ce jeudi. 
  

Abus de position

Elle dénonce un abus de position dominante de l’OPT qui aurait mis en oeuvre des pratiques anti-concurrentielles et lui ordonne de permettre à la SCCI un accès au réseau local. Elle fixe un délai de 8 semaines. 
Pour Me Deswarte, avocat de la société privée, une étape importante a été franchie. 
 

Ce n’est pas tant une première manche de gagnée pour la SCCI qu’une première marche de gagnée pour le consommateur calédonien. 
- Me Jean-Jacques Deswarte, avocat de la SCCI


« Puisque bien évidemment, poursuit-il, à partir du moment où il y a une concurrence sur un marché, cela a comme effet de faire baisser les prix. Nous savons tous que les tarifs de l’Internet en Calédonie sont des tarifs qui sont élevés, et tout ce qui peut amener à faire baisser ces tarifs pour le consommateur calédonien, c’est forcément quelque chose d’extrêmement important. »
 
ACNC OPT SCCI
©NC la 1ere
 

Deux modèles

Pour rappel, la SCCI ambitionne de construire une branche de raccordement de 800 km au plus long câble sous-marin du Pacifique, le transpacifique Hawaiki, qui permettrait aux Calédoniens d’accéder à des débits plus élevés à des tarifs moins chers.
Mais l’OPT refuse de répondre à cette demande d’interconnexion car elle privilégie une autre option pour sécuriser le réseau Internet local : l’installation d’un second câble dont elle serait propriétaire et dont elle gèrerait elle-même l’exploitation. Sollicité, l’OPT n’a pas souhaité répondre à NC la 1ère.
 
ACNC OPT SCCI
©Tomoo
 

Un appel est prévu

Il a toutefois fait savoir par écrit qu’il « prend acte de la décision n°2020-MC-01 de l’Autorité de la concurrence de la Nouvelle-Calédonie (ACNC) du 02/07/2020 […]. L’office ne partage pas ces conclusions, considérant pour sa part qu’il agit bien dans le cadre du monopole des télécommunications fixé par le code des postes et télécommunications de la Nouvelle-Calédonie et dans les prérogatives de ses missions de service public, et se prépare à faire appel de cette décision devant la cour d’appel de Paris. »

Retrouvez ici la décision de l'Autorité de la concurrence : 

Un reportage de Loreleï Aubry et Franck Vergès : 
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live