Confinement : les règles s’assouplissent pour les activités nautiques de transport et de loisirs

coronavirus
Activités nautiques, bateau, plongée, mer
©NCla1ère/CC
Si le confinement adapté est prolongé jusqu’au 14 novembre inclus, la bonne nouvelle, c’est la reprise encore plus large des activités nautiques, sous certaines conditions. Pour les professionnels, il reste encore trop de contraintes.

La mer s’ouvre à nouveau un peu plus aux Calédoniens qui ont été privés de pêche, de baignade à la plage ou de sortie en mer dans les premiers temps du confinement qui a débuté le 7 septembre dernier. Depuis, les règles s’assouplissent progressivement. Les derniers allègements en date sont prévus dans l’arrêté conjoint du président du gouvernement et du haut-commissaire en date du 29 octobre. 

Le débarquement toujours interdit sur les îlots

La navigation et les activités nautiques sont autorisées, et désormais, le mouillage autour des îles et îlots non habités est de nouveau possible. Mais il est interdit de débarquer sur les îlots.  

3 heures quotidiennes pour les privés

Si les Calédoniens peuvent maintenant naviguer, plonger ou pêcher, ils restent soumis à quelques règles : ces activités ne doivent pas regrouper plus de 15 personnes, et elles sont limitées à 3 heures quotidiennes.
En revanche, la limite des 10 km autour du domicile est levée.

Moins de restrictions pour les professionnels

Le transport de passagers par voie maritime dans le cadre d’une activité commerciale est autorisé. Il est soumis au pass sanitaire pour les personnes majeures, qu'ils soient clients ou employés.
Cette activité inclut la desserte des îles habitées, les charters, les taxi-boats touristiques et les activités qui nécessitent un agrément nautique touristique, telles que la location de bateaux, la plongée sous-marine, le kitesurf, etc. 
Ces activités ne sont soumises ni à la limite des trois heures quotidiennes ni à celle des 10 km. 
A noter qu’un guide de prévention du risque Covid pour ces professionnels est disponible sur le site de la direction du travail et de l’emploi

 

Des professionnels à moitié satisfaits

Mais pour le syndicat des activités nautiques et touristiques, les conditions de cette reprise sont loin d’être satisfaisantes. 
S’il constate des avancées, il reste des contraintes qui empêchent certains prestataires de travailler : " Principalement, ce sont les taxis-boats qui desservent notamment l’îlot Signal, l’îlot Larégnère ou encore le Phare Amédée. Je pense aussi aux écoles de kite qui n’ont pas le droit de débarquer par exemple à l’îlot Maître pour aller préparer leur matériel et partir en kite sur le platier" regrette son président, Pierre Crubillé. 
Et pour ceux qui peuvent travailler, le confinement strict des week-ends reste un frein. Difficile dans ces conditions de compenser la perte d’exploitation enregistrée depuis deux mois. 
Le syndicat n’exclut pas des actions de protestation, terrestres et maritimes dans les prochains jours. 
Pierre Crubillé, le président des activités nautiques et touristiques joint par Toufaili Andjilani 

Syndicat des activités nautiques et touristiques itw Crubillé