Covid-19 : quatre questions sur l'ouverture de la vaccination pour tous les publics à partir de 16 ans

coronavirus
Vaccination anti Covid, coronavirus, en Brousse
Scène de vaccination dans la Brousse calédonienne. ©Caroline Antic-Martin / NC la 1ere

Le gouvernement a annoncé cette décision mardi alors que seules les personnes âgées de plus de 50 ans devaient être concernées la semaine prochaine.

Un grand coup d'accélérateur. Le gouvernement a annoncé, mardi 11 mai, l'ouverture de la vaccination contre le Covid-19 à toutes les personnes âgées de 16 ans et plus dès le 17 mai. Jusqu'à maintenant, seules les personnes de plus de 65 ans, les professions dites prioritaires et les personnes les plus fragiles étaient éligibles. Une décision surprise qui soulèvent plusieurs questions.

  • 1. Quel était le calendrier initial ?

Cette décision est une surprise car, selon le programme présenté à la fin avril, le gouvernement avait annoncé l'ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans, à partir du 15 mai. Lancée le 20 janvier, cette campagne vaccinale avait franchi différentes phases depuis selon un ordre de priorité lié à la profession, les comorbidités ou l’âge.

  • 2. Pourquoi l'exécutif a décidé d’accélérer ?

Pour justifier cette décision, le gouvernement a expliqué que "cette troisième et ultime phase de la stratégie de vaccination de la Nouvelle-Calédonie doit permettre d’immuniser le plus grand nombre d’habitants, avant même que le virus circule au sein de la population."

"On était arrivé à des taux de vaccination importants pour les personnes ciblées, a détaillé de son côté Christophe Gygès, mardi. On est à plus de 51% pour les personnes de plus 75 ans, plus de 45 % pour les personnes entre 65 et 74 ans." Le porte-parole du gouvernement a toutefois indiqué que le rythme de vaccination avait diminué.

A la fin mars, Thierry Santa avait fixé un cap, lors du premier "colloque océanien" , pour atteindre une immunité collective en Nouvelle-Calédonie. Le président du 16e gouvernement assurait alors que "selon les données scientifiques dont nous disposons, on pense pouvoir atteindre cet objectif en vaccinant entre 65 et 70% de la population vaccinale (c'est-à-dire les personnes de plus de 16 ans). Nous espérons maintenir un rythme de 9 000 à 10 000 injections par semaine. Ainsi, on pourrait atteindre notre objectif d'immunité collective autour du mois d'août ou septembre cette année."

Un rythme de vaccination qui, selon les derniers chiffres fournis par le gouvernement, tourne actuellement autour de 3 000 à 5 000 injections par semaine. Près de quatre mois après le début de la campagne de vaccination, la Nouvelle-Calédonie a franchi le cap des 15% de l’ensemble de la population ayant reçu deux injections.

  • 3. Où peut-on se faire vacciner ?

Un grand nombre de centres de vaccination sont répartis sur les trois provinces. Trois numéros verts sont disponibles : en province Sud (05 00 33), en province Nord (05 00 22) et en province des îles Loyauté (05 00 90).

Le gouvernement rappelle que la vaccination doit se faire sur rendez-vous, car le stockage des vaccins à -80°C impose en effet une logistique particulière. Et les mineurs doivent être accompagnés d’un parent ou d’un représentant légal, ou venir avec un accord parental signé.

  • 4. Que disent les dernières études concernant la vaccination des plus jeunes ?

Aux Etats-Unis, l'autorisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech a été étendue aux adolescents âgés de 12 à 15 ans, lundi 10 mai. Les données sur lesquelles s'est fondée l'Agence américaine des médicaments pour rendre sa décision sont issues d'un essai clinique portant sur plus de 2 000 adolescents de 12 à 15 ans, dont environ la moitié ont reçu le vaccin, et les autres un placebo.

Les effets secondaires observés étaient "similaires" que ceux observés chez les plus de 16 ans. Parmi les 1 005 adolescents vaccinés, aucun cas de Covid-19 n'a été constaté, contre 16 parmi les 978 adolescents ayant reçu le placebo. Soit "une efficacité de 100%" contre les formes symptomatiques de la maladie”, a relevé l'Agence américaine des médicaments.

Selon la plus grande étude en vie réelle, menée en Israël, et publiée dans la revue scientifique The Lancet, le vaccin est "hautement efficace" chez les plus de 16 ans sept jours après la seconde dose : il protège à 95,3 % contre les infections liées au Covid-19, à 97,2 % contre les hospitalisations et à 96,7 % contre les décès. Ces niveaux de protection restent similaires chez les plus de 85 ans.