Covid-19 : un premier bilan de la campagne de vaccination

coronavirus
Centre de vaccination de Ko We Kara, fil des deuxièmes doses, 29 septembre 2021
Le centre de vaccination établi à Ko We Kara du 8 septembre au 29 octobre symbolise les importants moyens déployés pour faire progresser la couverture vaccinale en Calédonie. ©Sheïma Riahi / NC la 1ere
La campagne de vaccination a débuté il y a dix mois, le 20 janvier dernier, en Nouvelle-Calédonie. L’occasion de dresser un premier bilan de la principale mesure préventive contre la Covid-19.

72,36% de la population vaccinable dispose d’un schéma vaccinal complet, ce dimanche 21 novembre. L’occasion de dresser le bilan de la campagne de vaccination, lancée il y a dix mois, en Nouvelle-Calédonie.

Une campagne qui a débuté timidement, le 20 janvier dernier, et qui s’est accélérée à l’annonce des premiers cas du variant Delta, le 6 septembre, avant de connaître un ralentissement. Alors que jusqu’à 5 000 injections par jour ont eu lieu, en septembre, 783 ont eu lieu, vendredi 19 novembre. Si l’objectif des 80% à 90% de taux de vaccination n’est pas encore atteint, les résultats sont prometteurs et le travail se poursuit.

Des accélérations et des ralentissements

"Nous avons eu des pics, qui ont correspondu, en septembre, à la période de l’introduction du virus. Nous continuons à vacciner sur l’ensemble de nos sites provinciaux, de l’Ile des Pins à Bourail. Bien sûr, le rythme des injections a fortement décru, puisque que nous arrivons quasiment à 72% de la population vaccinable qui a eu ses deux doses", observe Jean-Baptiste Friat, directeur de la Direction provinciale de l’action sanitaire et sociale (DPASS).

"Nous sommes quand même sur des chiffres qui ont bien baissé. Par exemple, sur la semaine dernière, nous étions quasiment à 900 injections réalisées sur nos centres, dont encore 20% de premières doses".

Des écarts d’une commune à l’autre

La campagne de vaccination a particulièrement bien fonctionné dans certaines communes comme à Yaté, La Foa, Moindou, Pouébo ou encore Koumac, où le taux de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin atteint les plus de 85%. Et beaucoup moins dans d’autres communes comme à Maré, où ce taux est inférieur à 50%.

"Je pense que c’est aussi le résultat d’un travail de fourmis. Nous ne sommes plus sur des journées où nous avons pu vacciner 2 000 personnes à Ko We Kara", poursuit Jean-Baptiste Friat.
 

"Nous sommes vraiment sur du travail d’orfèvre, presque à aller faire du porte-à-porte et à discuter avec les gens".

Jean-Baptiste Friat, directeur de la DPASS

 

"C’est un peu ce qu’il s’est passé en Métropole. C’est du ‘aller vers’, se rapprocher de plus en plus des personnes. C’est un travail beaucoup plus fin, de proximité", analyse le directeur de la DPASS.

C’est donc une campagne de proximité qui s’engage, afin d’atteindre l’immunité collective. Pour l’heure actuelle, quelque 167 447 personnes ont reçu deux doses de vaccin sur le territoire.

Jean-Baptiste Friat, au micro d’Alix Madec