nouvelle calédonie
info locale

Le délestage du Kea Trader se poursuit

environnement
Kea Trader 30 décembre 2017
Le Kea Trader désormais brisé, le 30 décembre 2017. ©Fanc / Marine nationale
Pas de trace de pollution relevée autour du Kea Trader, rassure l'Etat dans un point sur la situation du porte-conteneurs échoué en deux morceaux au large de Maré. Après 179 jours sur le récif Durand, le navire fait toujours l'objet d'interventions, qui auraient progressé de façon significative. 
Des nouvelles du Kea Trader… Alors que le haut-commissaire Thierry Lataste s’apprêtait à présenter ses vœux pour 2018, ce vendredi soir à Nouméa, un communiqué de presse portant sa signature était diffusé aux médias. Le vingt-sixième depuis l’échouement du porte-conteneurs le 12 juillet 2017, au large de Maré

«Signes de fragilisation»

La situation du navire était encore plus scrutée ces dernières semaines, après la multiplication des boulettes de fioul sur les plages des îles et de la côte Est. Une pollution aux hydrocarbures mise en lien avec la présence et la rupture du Kea Trader sur le récif Durand. A ce jour, décrit le haussaire dans le nouveau communiqué, «en dépit de signes de fragilisation de la coqueles vols journaliers des hélicoptères ainsi que les observations à proximité immédiate du navire par des remorqueurs à faible tirant d’eau ne relèvent toujours pas de trace de pollution.»

Kea Trader brisé vue aérienne depuis le Gardian (26 décembre 2017)
Le Kea Trader pris depuis le Gardian de la Marine le 26 décembre. ©Fanc / Marine nationale

Pas de «risque d'une pollution majeure»

Le communiqué l’assure, «le risque d’une pollution majeure par les hydrocarbures est clairement écarté. De petites quantités, difficiles à estimer, restent néanmoins emprisonnées dans certaines parties inaccessibles du Kea Trader. Le risque d’une pollution mineure, relativise le représentant de l’Etat, subsistera, malgré les efforts permanents de pompage et d’écrémage réalisés à bord dès que les conditions météorologiques le permettent.» Avec cette précision: «Le dispositif anti-pollution de la société Briggs a été recalibré et renforcé, notamment pour être mieux à même de traiter des relâchements de faible ampleur, et de récupérer d'éventuels débris flottants.»

Kea Trader intervenant pompage du fioul 19 décembre 2017
Un des opérateurs en intervention sur le Kea Trader, le 19 décembre 2017. ©Fanc / Marine nationale

Les soutes de fioul lourd «vidées des impompables»

«Les soutes de fioul lourd, qui ont été pompées début août, sont entièrement vidées des impompables, est-il annoncé. Quant au retrait de l’ensemble des équipements, Ardent annonce avoir retiré environ 150 mètres cubes de matériels électroniques, matelas, mobilier, annexes, etc.» Cette société d’assistance intervient depuis de longs mois à la demande de l’armateur.

Kea Trader conteneurs découpés en trois (30 décembre 2017)
Huit conteneurs de la cale numéro 2 ont été ainsi extraits et découpés. ©Fanc / Marine nationale

Huit conteneurs extraits de la cale n°2

Et les conditions météo lui auraient permis de réaliser, la semaine dernière, des progrès significatifs sur plusieurs fronts. «Le déchargement des conteneurs dans la cale numéro 2 a repris, annonce ainsi le document transmis par les services de l’Etat. A ce jour, huit caisses sur 88 ont été extraites. Chacune est ensuite découpée en trois morceaux, qui sont transportés par hélicoptère jusqu’à une barge.» Un procédé qui prend du temps. Il reste en tout 99 conteneurs sur le Kea Trader, «dont 86 sont vides».

Kea Trader conteneurs découpés en trois hélitreuillés (30 décembre 2017)
Les morceaux de caisses sont héliportés et amenés sur une barge. ©Fanc / Marine nationale

 

Publicité